Complot évité à Halifax: les suspects resteront détenus

Randall Steven Shepherd... (PHOTO TIM KROCHAK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Randall Steven Shepherd

PHOTO TIM KROCHAK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
HALIFAX

Les individus soupçonnés d'avoir planifié une attaque dans un centre commercial situé à Halifax, en Nouvelle-Écosse, font désormais face à davantage d'accusations.

La Gendarmerie royale du Canada avait spécifié, samedi, que Lindsay Kanittha Souvannarath, une femme de 23 ans de Geneva en Illinois, et Randall Steven Shepherd, un homme de 20 ans provenant de la capitale néo-écossaise, avaient été accusés de complot dans le but de commettre un meurtre.

Or, selon les informations soumises par la Couronne à la Cour provinciale, ils sont également accusés de complot dans le but de déclencher un incendie, de possession illégale d'armes dans un dessein dangereux pour le public et d'avoir proféré des menaces sur les médias sociaux.

Les deux présumés complices sont arrivés au tribunal séparément dans un véhicule utilitaire sport noir de la police, mardi. Ils ont jeté un rapide coup d'oeil à la marée de journalistes qui étaient réunis pour leur comparution. La femme, vêtue d'un chandail blanc, a fait son entrée la première. L'homme, qui portait un manteau d'hiver noir et qui présentait une longue chevelure blonde lui voilant les yeux, l'a suivie.

Alors que deux officiers ont pris place entre eux, les prévenus ont parcouru la salle des yeux mais ils ont semblé s'éviter du regard. Durant les procédures ayant duré moins de cinq minutes, ils ont constamment regardé devant eux.

Leur cause a été reportée au 6 mars.

La procureure de la Couronne, Shauna MacDonald, a souligné que très peu d'éléments de preuve avaient été dévoilés à ce stade-ci.

Elle a ensuite mentionné que les accusés cherchaient toujours des avocats pour les représenter.

Elle a également dit que s'ils s'adressaient à la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse dans le but d'être libérés sous caution, la Couronne s'opposerait à leur requête.

«C'est une affaire vraiment inhabituelle. Je n'ai jamais été confrontée à une cause comparable», a-t-elle déclaré.

Me MacDonald a indiqué qu'il s'agissait vraisemblablement d'un complot parce que, selon la police, Lindsay Kanittha Souvannarath et Randall Steven Shepherd avaient conclu une entente.

Selon les renseignements de la Couronne, les divers crimes auraient été commis entre le 6 janvier et le jour de la Saint-Valentin, de concert avec James Lee Gamble, un homme de 19 ans retrouvé mort dans sa demeure.

Pour l'instant, la véracité des diverses allégations n'a pas été établie devant un tribunal.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer