Perquisitions liées aux Hells Angels sur la couronne nord

Une perquisition a eu lieu dans une résidence... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Une perquisition a eu lieu dans une résidence de Repentigny, mardi.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

L'ancien propriétaire d'une entreprise de remorquage arrêté en 2006 lors du démantèlement d'un important réseau de trafic de cocaïne contrôlé par les Hells Angels figure parmi les personnes visitées hier par la Sûreté du Québec (SQ), dans le cadre d'une nouvelle enquête sur une autre organisation liée aux motards, a appris La Presse.

L'entrepreneur en question est Gaétan Sévigny, 48 ans, ancien propriétaire de l'entreprise de remorquage Centre-Sud, rue Hochelaga à Montréal.

La maison qu'il occupe, dans la rue du Général, à Terrebonne, est l'une des huit résidences perquisitionnées par les enquêteurs de la SQ, en quête de preuves contre de présumés trafiquants liés aux Hells Angels. Ni Gaétan Sévigny ni aucun des autres occupants visités n'a toutefois été arrêté ni accusé dans cette affaire.

«Les perquisitions visent à amasser de la preuve contre une organisation criminelle active dans le trafic de stupéfiants dans les secteurs Montréal-Laval-Laurentides et Lanaudière. Aucune arrestation n'est prévue à ce stade-ci et nous n'élaborerons pas davantage pour ne pas nuire à l'enquête», a expliqué le sergent Gino Paré, de la SQ, selon qui des perquisitions ont aussi eu lieu à L'Épiphanie, Montréal, Beloeil, Mascouche et  à Repentigny.

Enquête majeure

En mai 2006, Gaétan Sévigny a été arrêté à l'issue d'une enquête baptisée Fusion, qui visait un réseau qui importait de la cocaïne pour ensuite la distribuer dans des secteurs situés entre Montréal et les limites de Lanaudière.

La tête dirigeante du réseau était le membre en règle des Hells Angels Mario Brouillette, également appréhendé dans l'opération. Lors des frappes, les limiers ont également épinglé sur leur tableau de chasse les noms d'environ 70 personnes, dont un avocat, Roger Bellemare, d'anciens Rock Machine devenus Hells Angels, André Sauvageau et Stéphane Trudel, et les fils de Richard Lock, ancien président des Rockers, défunt club-école des Hells Angels très actif durant la guerre des motards.

L'hypothèse de la police à l'époque était que Gaétan Sévigny avait repris les affaires de Jean-Richard Larivière, un «prospect» des Nomads arrêté dans l'opération Printemps 2001. Des arrestations avaient eu lieu jusqu'en République dominicaine et à Miami. Les policiers avaient saisi des véhicules, sept remorqueuses, des bateaux et une moto Harley Davidson, permettant au fisc de récupérer plus de 9 millions.

Selon nos informations, une autre des maisons perquisitionnées hier est occupée par une relation des Hells Angels anciennement titulaire du bar 2801 de la rue Ontario à Montréal, fermé par la Régie des alcools, des courses et des jeux en 2010, après que des cocktails Molotov eurent été lancés sur l'établissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer