Rafle antimafia: une maison abritait un arsenal

Les policiers ont notamment trouvé dans la résidence... (Photo Félix O.J. Fournier, collaboration spéciale)

Agrandir

Les policiers ont notamment trouvé dans la résidence de la rue Hurteau un détonateur de grade militaire et des armes.

Photo Félix O.J. Fournier, collaboration spéciale

C'est un véritable arsenal que les policiers ont découvert dans la résidence de l'arrondissement de Montréal-Nord où les artificiers du SPVM ont dû intervenir jeudi soir pour désamorcer un détonateur.

Arthur Klodkowski... - image 1.0

Agrandir

Arthur Klodkowski

Sylvain Sousa... - image 1.1

Agrandir

Sylvain Sousa

Outre ce « détonateur de grade militaire » tel que décrit dans l'acte de dénonciation déposé contre les occupants de la maison, Franco Stabile, 44 ans et Louise Beauchamps, 52 ans, les policiers ont également trouvé dans la résidence de la rue Hurteau cinq armes, des armes de poing pour la plupart, dont le numéro de série de certaines avait été maquillé.

Le couple ainsi que cinq autres personnes, Arthur Klodkowski, 38 ans, Valentino Perna, 54 ans, Sylvain Sousa, 30 ans, Steve Kraljevic, 41 ans et Mauro Picolo, 28 ans, ont été arrêtés jeudi dans cette opération visant un réseau de distributeurs de cocaïne lié à la mafia.

Ils ont été accusés de possession et de trafic de stupéfiants, et de possession et d'entreposage illégal d'armes, hier après-midi au palais de justice de Montréal, sauf Picolo qui a reçu une promesse à comparaître.

Franco Stabile ... - image 2.0

Agrandir

Franco Stabile 

Trahi par ses sueurs froides

Klodkowski, un résidant du quartier Montréal-Nord, a des antécédents de non-respect de conditions au Québec. Toutefois, il a été arrêté il y a trois ans près de Havelock au Nouveau-Brunswick après qu'un agent de la GRC eut trouvé deux kilos de cocaïne, un kilo de haschisch et des billets de 20 $ et de 50 $ dans sa voiture. 

Klodkowski avait été intercepté en raison de l'opacité de ses vitres teintées, et son comportement nerveux avait soulevé les doutes du patrouilleur qui avait poussé plus loin son investigation.

Sousa, pour sa part, a plusieurs antécédents criminels et deux causes pendantes de possession de haschisch et d'agression armée. Il a quelques dossiers de voies de fait et de menaces à son actif.

Enfin Kraljevic a un antécédent de trafic de marijuana alors que les autres accusés n'ont pas de dossier criminel au Québec.

L'enquête sur remise en liberté des suspects a été reportée à la semaine prochaine.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer