Un directeur d'école victime d'enlèvement malmené par une avocate

Reza Tehrani... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Reza Tehrani

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Le fils aîné de Vito Rizzuto, Nick Rizzuto Jr, a rencontré le propriétaire de l'Institut technique Aviron de Mont-Royal, Reza Tehrani, à la suite de la saisie d'une somme de 800 000 $ à New York à l'automne 2009.

Ces révélations étonnantes ont été faites hier au procès d'un certain Marc Fadoul, accusé d'avoir enlevé, séquestré et battu à l'automne 2010 le propriétaire de cette école de métiers reconnue. M. Tehrani témoigne en tant que victime, mais il est malmené par un barrage de questions serrées de l'avocate de la défense, Me Valérie Knafo.

Le 1er novembre 2010, il a été enlevé par des individus déguisés en policiers alors qu'il sortait de son école de l'avenue Royalmount. On l'a ensuite amené dans une maison abandonnée au nord de Montréal, où il a été battu et séquestré durant 24 heures avant d'être libéré.

À l'ouverture de son témoignage, il a expliqué qu'il a été enlevé après avoir tenté de régler un conflit entre un ami de sa famille, Michael Cohen, et l'un de ses employés. Mais l'avocate de la défense a plutôt fait un lien entre son enlèvement, celui de son frère, Mehdi, survenu un an plus tôt, et la saisie d'une somme de 800 000 $ par la Drug Enforcement Administration (DEA) dans une chambre d'hôtel de New York, quelques semaines avant l'enlèvement de son frère.

LA MAFIA S'EN MÊLE

Reza Tehrani a avoué avoir envoyé à New York l'un de ses employés, Juston Plamondon, pour garder une valise contenant 800 000 $. L'argent liquide était destiné à une connaissance qui voulait s'acheter une voiture de luxe avec cette somme. Mais celle-ci a été saisie par les policiers américains, et Plamondon n'a pas été accusé.

« Après cette saisie, avez-vous eu des problèmes avec la mafia italienne et des appels de personnes importantes ? », a demandé MeKnafo au témoin. « Oui, Nick Rizzuto m'a appelé, il voulait me rencontrer. Nous étions quatre à la table », a répondu Reza Tehrani, selon qui les deux autres personnes présentes se prénommaient Tony et David. M. Tehrani a nié avoir reçu des menaces et que Rizzuto lui ait demandé de rembourser la moitié de la somme. « Non, il a été très raisonnable. Il voulait savoir si l'argent avait été saisi », a-t-il dit.

Nick Rizzuto Jr a été assassiné quelques semaines plus tard, à Montréal. Le procès doit se poursuivre aujourd'hui au palais de justice de Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer