Laval: le maire Duplessis se dit victime d'extorsion

Alexandre Duplessis a appelé la police après la... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Alexandre Duplessis a appelé la police après la troisième demande d'argent.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire intérimaire de Laval, Alexandre Duplessis, a porté plainte à la police contre une prostituée et sa collègue, qui auraient tenté de le faire chanter après une visite à son chalet des Laurentides.

L'attaché de presse du maire, Pierre-Philippe Lortie, a été peu loquace sur l'affaire jeudi. «Effectivement il y a eu tentative d'extorsion auprès du maire et je confirme que c'est entre les mains des autorités», a-t-il déclaré à La Presse, sans plus de détails.

Dès ce matin, à son émission, le chroniqueur judiciaire Claude Poirier avait évoqué le cas «d'un maire» qui aurait retenu les services d'une escorte puis porté plainte pour extorsion, sans identifier l'élu.

Selon ce qu'a pu confirmer La Presse depuis, les faits se sont produits le 14 juin au chalet de M. Duplessis.

Le maire avait commandé les services d'une escorte, qui s'est présentée avec une collègue chauffeuse. Les deux femmes l'ont reconnu, selon nos sources. Duplessis aurait finalement décidé de les renvoyer chez elles.

Selon la plainte, les femmes seraient toutefois revenues à la charge deux fois au cours des jours suivants, pour réclamer des montants d'argent toujours plus élevés. Elles auraient menacé de dévoiler publiquement qu'il avait appelé une prostituée s'il refusait de céder à leur chantage.

M. Duplessis a appelé la police après la troisième demande d'argent.

Les deux femmes ont été interrogées par des enquêteurs et libérées sous promesse de comparaître. La Sûreté du Québec doit soumettre bientôt le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui décidera si des accusations doivent être portées contre les suspectes.

Pour que des accusations soient portées, il faudrait qu'une preuve démontre que les femmes ne tentaient pas seulement de réclamer un montant qui leur était dû en raison de leur déplacement.

De son côté, la Sûreté du Québec a confirmé avoir ouvert un dossier d'extorsion à la suite d'une plainte d'un «individu» mais refuse toutefois de faire le lien avec le maire de Laval.

«Nous avons ouvert une enquête à la suite d'une plainte pour extorsion. C'est un individu qui avait appelé une escorte et il y aurait litige quant au paiement. L'enquête est en cours et le dossier sera soumis au procureur, mais on ne va JAMAIS nommer une victime ou un suspect à ce stade», a martelé la sergente Christine Coulombe, porte-parole du corps policier, lorsque jointe au téléphone.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer