Fumigènes: les accusations de terrorisme tombent

Geneviève Vaillancourt, une des avocates du groupe Me... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Geneviève Vaillancourt, une des avocates du groupe Me Debora De Thomasis, Roxanne Bélisle et François Vivier-Gagnon.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Petite victoire pour les quatre militants étudiants accusés d'avoir paralysé le métro de Montréal en lançant dans les tunnels des engins fumigènes: ils viennent de voir les accusations liées au terrorisme qui pesaient contre eux être retirées.

Dès 7h46 le 10 mai 2012, toutes les lignes du métro ont cessé de fonctionner après que des dégagements de fumée aient été aperçus à trois endroits dans le réseau, soit à la station Lionel-Groulx, entre Pie-IX et Préfontaine, et entre Jean-Talon et Fabre.

Aucun train n'a roulé pendant près de trois heures. Personne n'a été blessé, mais des milliers d'usagers du métro se sont plaints d'avoir été en retard là où ils devaient se rendre ce jour-là et la circulation a été paralysée aux abords des stations de métro.

Quatre militants étudiants avaient alors été arrêtés dans les jours suivants. Il s'agit de François Vivier-Gagnon, Vanessa L'Écuyer, Geneviève Vaillancourt et Roxanne Belisle.

C'est entre autres la diffusion par la police de Montréal d'une photo d'eux, prise par un usager du métro, qui aurait permis de les retracer.

Une photo où ont aperçoit un quatuor de jeunes ressemblant aux accusés, dans un wagon du métro. La police expliquait alors qu'elle avait été prise par un usager du métro après qu'il ait aperçu le groupe ouvrir de force une porte, alors que le train était en marche, pour jeter sur la voie un engin fumigène.

À la stupeur générale dans le milieu militant, le quatuor avait été accusé, en plus de méfaits et de complot, d'incitation à craindre des activités terroristes.

Le quatuor était de retour ce jeudi matin devant le juge de la cour du Québec Robert Marchi. Seule Vanessa L'Écuyer était absente, ce qui était prévu. Plusieurs proches du groupe étaient également présents dans la salle d'audience.

D'emblée, Me David Landry, procureur aux poursuites criminelles et pénales a annoncé qu'il retirait les accusations jugées exagérées par la défense.

En contrepartie, celle-ci, représentée par Mes Debora De Thomasis, Véronique Robert et Roland Roy, a annoncé que les accusés renonçaient à la tenue d'une enquête préliminaire, étape qui consiste à tester la preuve avant le procès et à modifier, le cas échéant, la nature des accusations, ou non.

«Je cite donc les accusés à procès sur les autres chefs», a déclaré le juge Marchi.

La chose étant officialisée, les trois accusés, ainsi que leurs partisans, ont célébré cette première victoire en se faisant l'accolade.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer