Exclusif

Les Hells Angels se relèvent

Des membres de la Saskatchewan et des Nomads,... (Photo La Presse)

Agrandir

Des membres de la Saskatchewan et des Nomads, de l'Ontario, étaient également présents au Bike and Tattoo Show, à Laval.

Photo La Presse

Partager

Daniel Renaud
La Presse

Alors qu'on pouvait pratiquement les compter sur les doigts d'une main il y a quelques années, jamais on n'a vu autant de groupes de motards au Québec en 2013. Plusieurs d'entre eux entretiennent des liens avec les Hells Angels, ce qui fait craindre à la police que l'organisation criminelle terrassée par le projet SharQc il y a quatre ans soit en train de se relever. En se rendant incognito à une exposition de motos et de tatouages il y a 10 jours à Laval, La Presse a assisté aux premiers balbutiements de ce nouveau chapitre de la lutte policière contre les motards criminels.

Pratiquement disparus il y a quelques années, les groupes de motards prolifèrent et n'ont jamais été aussi nombreux au Québec, ce qui fait croire à la police, qui surveille la situation de près, que les Hells Angels sont en train de se réorganiser après avoir été durement frappés par l'opération SharQc, il y a quatre ans.

Sous le couvert de l'anonymat, La Presse a passé quelques heures au Bike and Tattoo Show, qui s'est déroulé au SportExpo de Laval les 19, 20 et 21 avril. Le populaire événement, qui en était à sa 15e présentation, lance la nouvelle saison de motocyclette, et les motards en profitent pour dépoussiérer et enfiler leurs vestes.

Visiblement, certains les ont également étrennées, car La Presse a compté pas moins de 22 groupes différents, dont certains n'avaient jamais été vus.

«Il y a beaucoup plus de patches qu'il y en a eu dans le passé. Il y a une multitude de groupes et ils sont de plus en plus visibles, ce qui nous fait croire que les Hells Angels sont en train de se réorganiser», nous a confié une source policière.

Les Hells Angels avaient fermé tous leurs clubs-écoles après l'opération Printemps 2001. Depuis, le nombre de groupes de motards se comptait sur les doigts d'une main. Rares étaient les motards qui osaient arborer leurs couleurs, y compris les Hells Angels. Mais cette époque est révolue.

Selon la police, ce sont les Hells Angels qui ont le pouvoir, encore aujourd'hui, de permettre à un club d'arborer ses couleurs. Elle se demande si l'organisation criminelle veut ainsi ouvrir le marché, pour recruter et prendre de l'ampleur, ou mêler les cartes et compliquer le travail des policiers.

Pour le moment, la police ne parle pas de clubs-écoles, mais de groupes sympathisants. Outre les Dark Souls de Gatineau et de Montréal, elle surveille plus particulièrement les Devil's Warriors de Sherbrooke, les Deimos' Crew de Montréal-Est, les Death Messengers de la Rive-Sud et de la couronne nord, et les Devil's Ghosts de la couronne nord.

Beaucoup de rouge et de blanc

Les Hells Angels avaient loué trois stands au SportExpo au nom des Nomads de l'Ontario et des sections de Regina, en Saskatchewan, et de Trois-Rivières. Sous l'oeil vigilant de strikers (ou «prospects», voir encadré en page 3), ils ont vendu des t-shirts et d'autres produits, pour leurs fonds de défense dans les différents procès auxquels ils font face.

Trois membres en règle ont été vus sur place, dont le Trifluvien Clermont Carrier, libéré en attendant la suite des procédures contre lui dans les mégaprocès SharQc, un membre des Nomads de l'Ontario et un autre des Hells Angels de la Saskatchewan. Ce dernier était suivi dans tous ses déplacements par un homme portant une veste des Heretics de Regina, un club-école des Hells Angels, et un aspirant («prospect») d'un groupe du Québec, vraisemblablement les Death Messengers de la couronne nord.

La Presse a également vu des membres des Deimos' Crew de Montréal-Est derrière les tables du stand des Hells Angels de Trois-Rivières, vraisemblablement pour vendre les produits de ces derniers.

Les Dark Souls, que la police considère comme les sympathisants les plus sérieux des Hells Angels, occupaient au moins deux tables devant la scène principale.

Notons également la présence des Archanges de la Rive-Nord, décrits comme des sympathisants des Hells Angels par un expert de la Sûreté du Québec (SQ) durant une audience tenue récemment devant la Régie des alcools, des courses et des jeux. En octobre dernier, ce groupe a tenu un party privé au Pub Sainte-Thérèse et son propriétaire risque de perdre ses permis d'alcool en raison de plusieurs événements survenus dans son bar.

«On assiste à un marquage de territoire pour le compte des Hells Angels par des groupes «supporteurs»», a déclaré l'avocate de la Direction du contentieux de la Régie, Me Caroline Chartrand, durant sa plaidoirie le 18 avril dernier.

Parmi les nouveaux groupes observés au Bike and Tattoo Show, La Presse a remarqué la présence des Mean Machine de Montréal et de Trois-Rivières, aux vestes flambant neuves. Nous avons également vu des individus portant les couleurs des Naiwa Rebels, un groupe qui a son propre site internet et dont un membre arbore sur sa veste les lettres ACMD pour «all cops must die» (tous les policiers doivent mourir), nous ont indiqué des sources.

***

Les Hells Angels en trois temps

1986

La première section canadienne des Hells Angels est établie à Sorel en décembre 1977. Après l'élimination de cinq membres de la section de Laval à Lennoxville, en mars 1985, 36 membres des Hells Angels sont arrêtés et plus de la moitié d'entre eux sont condamnés à des peines variant entre 2 et 25 ans de prison. Les Hells Angels ont un genou à terre au Québec, mais de nouvelles sections et plus de 10 clubs-écoles seront créés dans la décennie suivante.

2001

Plus d'une centaine de membres des Hells Angels et leurs sympathisants sont arrêtés dans l'opération Printemps 2001, qui vise principalement le groupe d'élite des Nomads et leur club-école, les Rockers, et dont l'objectif est de mettre fin à la guerre avec les Rock Machine, qui a fait plus de 160 morts durant les années 90. C'est la fin des clubs-écoles, mais les Hells Angels continuent leur expansion en construisant un bunker dans la rue 81 à Cabarete, en République dominicaine, et en accueillant d'anciens ennemis. Encore une fois, les Hells Angels se relèvent.

2009

La police continue sa pression et porte un coup dur aux Hells Angels en arrêtant plus de 130 de leurs membres et sympathisants lors de l'opération SharQc, en avril 2009. Les Nomads de l'Ontario viennent à la rescousse de leurs frères du Québec, également aidés par une relève plus discrète, des trafiquants indépendants et d'autres organisations criminelles. Alors qu'ils étaient beaucoup plus rares, on assiste à une prolifération des groupes de motards depuis environ deux ans.

***

Hiérarchie chez les Hells Angels

Membre

Membre à part entière de la section. Le nom du groupe, le logo et le territoire apparaissent au complet sur le dos de la veste.

Prospect

Subalterne et futur membre de la section. Seul le nom du territoire apparaît sur le dos de la veste.

Hang around

Échelon le plus bas de la section. Seul le nom de la section apparaît sur le devant de la veste. Aucune inscription n'apparaît sur le dos de la veste.

Relation et sympathisant

Ne fait pas partie et ne porte pas les couleurs du club. Fait des affaires ou s'affiche avec les membres du club.

Striker

Équivalent du prospect dans les clubs-écoles ou les autres clubs de motards.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer