Meurtre de Pamela Jean: son ex-petit ami comparaît

Partager

Le principal suspect du meurtre de Pamela Jean, jeune mère de famille longueuilloise portée disparue depuis le 1er janvier, est un ex-petit ami contre lequel elle avait formulé des plaintes pour violence conjugale, a appris La Presse. Juan Palma, 32 ans, qui fait face à la justice dans une autre affaire, est domicilié au 10 367, avenue de l'Hôtel-de-Ville à Montréal-Nord, là où a été trouvé le corps de la victime. Il a comparu lundi après-midi.

Le porte-parole du SPVM Simon Delorme a affirmé que les autorités avaient déjà dû intervenir à cette adresse. Selon nos sources, certaines de ces interventions étaient liées à des sévices qu'avait subis Mme Jean.

Les poursuites au criminel contre M. Palma ont toutefois échoué parce que Mme Jean a retiré ses plaintes avant le procès. En l'absence du principal témoin de la Couronne, l'accusé a été acquitté.

Pamela Jean était la mère d'un préadolescent issu d'une autre union, qui porte le nom de famille de son père.

Suspect arrêté

Les policiers ont découvert le corps de la victime vendredi soir dans le logement du suspect. Au moment de mettre en ligne, on a appris que le SPVM n'avait alors aucun témoin important en vue. De plus, il n'a pas voulu confirmer que la dépouille était bien celle de Pamela Jean.

«L'autopsie va nous donner l'identité de la victime et les causes du décès, à savoir si c'est un meurtre ou pas», s'est limité à affirmer Daniel Lacoursière, porte-parole du corps de police.

Juan Palma... - image 2.0

Agrandir

Juan Palma

Mais selon des sources très près de Juan Palma, celui-ci a été arrêté. On lui a lu ses droits et il a pu consulter son avocate, la jeune criminaliste montréalaise Valérie Abdelahad-Acosta.

Elle a affirmé qu'elle ne pouvait dire à La Presse si son client était actuellement détenu et a refusé de commenter l'affaire. Mais, selon nos sources, elle s'attend à ce que des accusations soient portées contre M. Palma aujourd'hui au palais de justice de Montréal.

Entrée par effraction?

L'individu n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Il fait actuellement l'objet d'accusations d'entrée par effraction dans le but de commettre un acte criminel et de possession de matériel spécialisé ayant servi à commettre ce délit, pour des actes qui remontent à 2010. Il s'est présenté en cour pour la dernière fois en octobre 2012 et devait y retourner en 2013.

Juan Palma a été détenu en juin dernier, après qu'il eut omis de se présenter à une comparution. Un complice a déjà été jugé coupable des mêmes accusations.

Disparition inquiétante

La famille de la jeune mère est atterrée par cette triste nouvelle, de même que la communauté de Gros-Morne, en Gaspésie, d'où elle était originaire.

Jimmy Robinson, un cousin de la victime, a affirmé qu'il avait été totalement surpris par la tournure des événements. «C'est un très gros choc, a-t-il confié à La Presse. Les larmes viennent assez vite merci.» Il a assuré que Pamela Jean n'avait pas de mauvaises fréquentations dans la région de Montréal. Quant à savoir si la famille savait ce qui s'était passé dans les derniers jours, M. Robinson a refusé de répondre. «Je ne peux pas divulguer certaines informations», s'est-il limité à dire.

«Maintenant, il faut croire que ça n'arrive pas qu'aux autres! Triste histoire», a affirmé une autre cousine de la victime, Isabelle Robinson, sur Facebook.

Pamela Jean avait été portée disparue après qu'elle eut manqué la réunion familiale du jour de l'An.

Elle avait été aperçue pour la dernière fois le 30 décembre alors qu'elle magasinait au centre-ville de Montréal. Pamela Jean n'avait pas de liens avec les gangs de rue, avait alors affirmé la police au moment où commençait son enquête.

Comparution

Juan Fermin Palma a comparu lundi après-midi au palais de justice de Montréal, où il a été accusé du meurtre non prémédité de Paméla Jean.

Selon l'acte d'accusation, le crime serait survenu entre le 30 décembre et le 4 janvier dernier. Le corps de Mme Jean a été découvert vendredi, dans le logement où elle a déjà habité avec M. Palma, au 10 367 Hôtel-de-Ville, à Montréal-Nord.

Plusieurs proches de la victime, dont sa soeur, Sonia Jean, ont assisté à la comparution de M. Palma, lundi. L'exercice a duré moins de deux minutes. L'homme de 32 ans est resté détenu et reviendra devant le tribunal le 4 février, pour la suite des procédures judiciaires. À la demande de la Couronne, la juge Lori-Renée Weitzman lui a imposé la condition de ne pas communiquer avec les membres de la famille de la victime.

En sortant de la salle d'audience, Me Valérie Abdelahad-Acosta, qui représente l'accusé, a confirmé que son client avait déjà été accusé en lien avec un incident de violence conjugale dans le passé. La poursuite avait finalement abandonné les accusations, car Mme Jean ne voulait plus témoigner.

- avec Christiane Desjardins

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer