Anne-Marie Péladeau retourne en Cour pour son héritage

Anne-Marie Péladeau à sa sortie du Palais de... (PHOTO: FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Anne-Marie Péladeau à sa sortie du Palais de justice de Montréal en mars 2008.

PHOTO: FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Anne-Marie Péladeau dit devoir encore retourner devant les tribunaux pour forcer ses frères Pierre Karl et Érik et Les Placements Péladeau à respecter une entente conclue en 2000 pour le rachat de ses intérêts dans cette entreprise, qui contrôle Québecor.

Dans un communiqué diffusé jeudi par ses avocats, il est indiqué que la procédure a été déposée mercredi en Cour supérieure. L'entreprise Les Placements Péladeau Inc. (PPI) est poursuivie, alors que les deux frères sont mis en cause dans la procédure.

Les avocats précisent que Mme Péladeau réclame 88 millions $.

À défaut d'obtenir cette somme, Mme Péladeau demande l'annulation de l'entente conclue en 2000, ce qui lui permettrait de récupérer ses actions de PPI, qui valent, selon elle, plus de 600 millions $.

Mme Péladeau allègue que l'entente ne prévoyait pas un paiement immédiat du prix de vente, mais qu'elle serait plutôt payée en fonction des dividendes projetés versés par Québecor à PPI, au plus tard sur une période de 13 ans.

Mais Québecor n'a pas versé les dividendes anticipés, donc Mme Péladeau n'a pas été payée, allègue celle-ci, qui ajoute que l'entreprise et ses deux frères refusent de négocier une solution.

Déjà, elle s'était adressée aux tribunaux pour qu'ils soient tous trois tenus de renégocier l'entente.

En octobre 2015, la Cour d'appel du Québec avait tranché que les deux frères avaient l'obligation de trouver un terrain d'entente - et de renégocier de bonne foi - avec leur soeur afin de lui payer une compensation pour sa part des actions de PPI qu'elle avait cédées.

Malgré ce jugement, l'entreprise et les deux hommes refusent de payer, même s'ils bénéficient depuis 2000 des avantages liés aux actions, avance Mme Péladeau. D'où cette autre procédure intentée.

Les Placements Péladeau, Érik Péladeau et Pierre Karl Péladeau ont dit avoir pris connaissance du communiqué de presse émis, jeudi, par Trudel & Johnston, les procureurs d'Anne-Marie Péladeau, «concernant la poursuite déposée contre eux».

Ils déplorent la manÅ"uvre des procureurs et le contenu de ce communiqué qui comporte, selon eux, «d'importantes faussetés et des propos diffamatoires extrêmement dommageables et à l'égard desquels ils vont réagir en temps opportun».

Les Placements Péladeau, Érik Péladeau et Pierre Karl Péladeau feront valoir leurs droits devant les tribunaux, auxquels ils disent avoir «pleinement confiance».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer