La Cour suprême donne une deuxième chance à un jeune demandeur d'asile tamoul

L'édifice de la Cour suprême du Canada, à... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'édifice de la Cour suprême du Canada, à Ottawa.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Le gouvernement devrait réévaluer la demande d'asile d'un adolescent tamoul qui a fui les violences ayant suivi la fin des 27 années de guerre civile au Sri Lanka, a tranché la Cour suprême, jeudi.

À cinq contre deux, les juges du plus haut tribunal canadien ont infirmé la décision de la Cour d'appel fédérale qui maintenait le refus de la demande de Jeyakannan Kanthasamy, qui soutenait qu'il traverserait de dures épreuves s'il retournait dans son pays natal.

M. Kanthasamy avait 16 ans, en 2010, lorsque sa famille l'a envoyé au Canada après qu'il eut été arrêté et menacé par la police et l'armée sri-lankaise à quelques reprises.

La longue guerre civile du Sri Lanka s'était terminée une année auparavant par une offensive importante des forces du gouvernement dans des régions contrôlées par les Tamouls, un groupe ethnique vivant majoritairement au Sri Lanka et en Inde. Les Nations unies ont depuis lancé une enquête sur des allégations de crimes de guerre par les deux parties du conflit.

La juge Rosalie Abella a affirmé que l'agent d'immigration qui a refusé la demande de statut de réfugié de Jeyakannan Kanthasamy a fait une analyse «anémique» du dossier. Elle a ordonné que sa cause soit réentendue.

Dans un avis dissident, le juge Michael Moldaver a pour sa part estimé que l'agent d'immigration avait effectué une analyse raisonnable de la demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer