Une dame âgée dépouillée de 500 000$ gagne une manche

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et son mari Arthur Trzciakowski se seraient servis d'une déclaration d'inaptitude pour s'approprier environ 500 000 $ des comptes bancaires de Veronica Piela.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une nonagénaire qui s'était enfuie d'une résidence pour personnes âgées en affirmant être exploitée financièrement par une fausse nièce et une travailleuse sociale vient de gagner une manche dans son combat pour récupérer les économies d'une vie.

Dans un jugement rendu le 20 novembre, la Cour supérieure a annulé le mandat en cas d'inaptitude homologué contre Veronica Piela, 92 ans.

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et son mari Arthur Trzciakowski se seraient servis de cette déclaration d'inaptitude pour s'approprier environ 500 000$ des comptes bancaires de la vieille dame.

La Presse avait révélé les mésaventures de Mme Piela en avril dernier. Le cauchemar de la vieille dame avait éclaté au grand jour en janvier 2014, lorsque des policiers l'avaient retrouvée dans la rue, avec sa marchette, à moitié vêtue. Elle menaçait de se suicider si les autorités la ramenaient dans la résidence où on l'avait confinée.

Elle vit aujourd'hui dans la maison de retraite de son choix.

À la fin du mois de novembre, la juge Hélène Langlois a annulé le mandat en cas d'inaptitude qui donnait à Anita Obodzinski un contrôle quasi total des biens et de la vie de Mme Piela. Sa validité «n'a pas été établie», écrit la Cour.

La signature de la nonagénaire sur le mandat en cas d'inaptitude «constitue un faux par imitation et n'émane pas de la défenderesse», selon l'experte dont la juge a retenu l'opinion. Un autre expert était arrivé à la conclusion inverse.

La Cour a aussi écarté les rapports médicaux et sociaux - dont celui de la coaccusée Alissa Kerner - obtenus pour faire homologuer le mandat.

«Notre cliente n'est pas satisfaite du jugement rendu dans cette affaire. Elle considère que plusieurs aspects de la preuve ont tout simplement été ignorés par le juge», a réagi par écrit Jean El Masri, avocat d'Obodzinski. «Notre cliente n'a pas décidé de façon définitive si elle fera appel.»

Du côté de la plaignante, on refuse de se réjouir trop vite.

«Évidemment, ma cliente est satisfaite. Mais je dois souligner que le jugement ne règle pas le problème en totalité. Il y a beaucoup d'autres questions en suspens», a expliqué Igor Dogaru, avocat de Veronica Piela. «C'est certain qu'il va y avoir d'autres procédures.»

Alors que la Couronne lui reproche d'être entrée par effraction chez Mme Piela et de l'avoir séquestrée, la travailleuse sociale Alissa Kerner vient de faire face à son ordre professionnel pour d'éventuelles fautes déontologiques commises dans ce dossier. Elle en était suspendue depuis septembre 2014.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer