Services correctionnels aux autochtones: plus de supervision demandée

La prison fédérale de Prince Albert, en Saskatchewan... (PHOTO THOMAS PORTER, ARCHIVES PC)

Agrandir

La prison fédérale de Prince Albert, en Saskatchewan

PHOTO THOMAS PORTER, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kristy Kirkup
La Presse Canadienne
OTTAWA

L'ombudsman des détenus sous responsabilité fédérale veut que le nouveau gouvernement libéral mette en application les recommandations soumises par son bureau concernant le sort des autochtones dans les prisons du pays, dont la création d'un poste de commissaire adjoint pour cette clientèle spécifique.

L'enquêteur correctionnel, Howard Sapers, a affirmé que les prisonniers autochtones, qui représentent 24 % de la population carcérale, continuaient à éprouver plus de difficultés que les autres contrevenants.

Selon M. Sapers, les problèmes auxquels sont confrontés les détenus autochtones, qui comprennent des séjours plus longs en détention et en cellule d'isolement, sont tellement importants qu'ils nécessitent la nomination d'un responsable de ce dossier au sein de Service correctionnel Canada.

Il a ajouté que le gouvernement devrait aussi appliquer les dispositions de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition concernant les autochtones, qui ont été conçues pour améliorer la participation des Premières nations aux services correctionnels et remédier à la surreprésentation des autochtones derrière les barreaux.

Howard Sapers a soutenu que Service correctionnel Canada n'avait pas vraiment tenu compte des décisions du Parlement au cours des 20 dernières années et n'avait pas mis suffisamment d'efforts pour mettre en oeuvre ces dispositions.

L'enquêteur correctionnel a cité en exemple le fait qu'il n'y avait pas assez de pavillons de ressourcement destinés aux détenus gérés par des communautés autochtones dans le Nord, en Ontario et en Colombie-Britannique, où le taux de contrevenants issus des Premières nations est élevé.

Parmi les 94 recommandations formulées dans le rapport final de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada figure l'ouverture d'autres pavillons de ressourcement à travers le pays.

« Nous savons que, dans leur plateforme électorale, les libéraux prévoyaient donner suite aux propositions de la Commission, a rappelé M. Sapers. Nous sommes impatient de voir cela. »

Il a indiqué que ses conclusions n'avaient pas poussé l'ancien gouvernement conservateur à agir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer