Congédié pour des propos sur Pauline Marois et les Anglais, un travailleur obtient 91 000 $

Des propos de Jean-Claude Rock sur l'élection du... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE)

Agrandir

Des propos de Jean-Claude Rock sur l'élection du Parti Québécois et de Pauline Marois lui ont valu d'être congédié pour « intimidation » par son employeur, Iron Mountain Canada.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un travailleur lavallois renvoyé en août 2012 pour avoir déclaré que « les Anglais » auraient « de la misère » quand Pauline Marois remporterait les élections peut finalement crier victoire. L'entreprise Iron Mountain Canada a été condamnée le mois dernier à verser 91 000 $ à Jean-Claude Rock pour l'avoir congédié alors qu'il ne faisait qu'« [exprimer] son opinion politique ».

Le 29 août 2012, six jours avant les élections provinciales, la victoire annoncée du Parti québécois était le sujet de l'heure. L'entrepôt lavallois de la rue Fleetwood ne faisait pas exception. Durant son quart de travail, lors d'une discussion sur la politique, Jean-Claude Rock « déclare, devant les autres, que Pauline Marois sera élue, que le Québec sera un pays et que les Anglais vont "avoir de la misère" », peut-on lire dans le jugement de la Commission des relations du travail (CRT). Ses propos ont fait sortir de ses gonds un de ses collègues, dont le nom a une consonance anglophone. Celui-ci a alors lancé à M. Rock, qui est d'origine haïtienne, de retourner dans son pays.

Dès le lendemain, l'homme d'une quarantaine d'années est congédié pour « intimidation » par l'entreprise spécialisée dans le stockage et le déchiquetage de documents et dont le siège social est en Ontario. « L'entreprise n'a pas besoin de politiciens », lui aurait alors dit la directrice générale. La chute sera lourde pour le père de trois jeunes enfants qui prenait également soin de sa mère malade dans un logement de quatre pièces.

Découragé, il pensera même au suicide. « Il est le seul soutien de famille. Il est stressé par sa situation financière, ne dort pas de la nuit, n'a pas d'appétit et pleure souvent », indique le jugement.

En janvier 2014, 17 mois après que l'employé s'est fait montrer la porte, son ex-employeur reconnaît devant la CRT que le congédiement était « sans cause juste et suffisante ». Jean-Claude Rock est donc réintégré dans son ancien poste de spécialiste d'archives en entrepôt. Dans le jugement du 28 juillet dernier, la commissaire Karine Blouin doit ainsi fixer les indemnités dues au travailleur.

M. Rock touchait un taux horaire d'environ 17 $ au moment de son renvoi. Il réclamait ainsi à l'entreprise 55 000 $ pour 72 semaines de salaire perdu, 100 000 $ en dommages et 2800 $ en frais de recherches d'emploi, pour un total de 157 900 $. Reconnaissant ses recherches d'emploi comme « raisonnables et nombreuses », le Tribunal a condamné Iron Mountain Canada à lui verser 48 000 $ en salaire, en plus des intérêts.

En raison de l'« atteinte flagrante à la liberté d'opinion et d'expression du requérant », l'entreprise devra également payer 25 000 $ en dommages punitifs à M. Rock. « La Commission retient notamment le caractère gravement répréhensible du comportement de l'employeur, la reconnaissance plus que tardive de sa faute, la vulnérabilité du requérant qui est immigrant et le fardeau supporté par ce dernier au niveau des procédures », écrit la commissaire. D'autre part, l'indemnité pour dommages moraux s'élève à 10 000 $, pour un total de 91 073 $ payable dans les jours suivants.

Iron Mountain Canada n'a pas interjeté appel de la décision. Ni l'entreprise ni Jean-Claude Rock n'ont voulu commenter la décision de la CRT.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer