Khuong s'opposera au dépôt des documents détenus par Simons

Le 1er juillet dernier, La Presse+ a rapporté que la... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Le 1er juillet dernier, La Presse+ a rapporté que la bâtonnière Lu Chan Khuong avait fait l'objet d'une plainte policière pour vol à l'étalage chez Simons en avril 2014 et a accepté que son dossier soit déjudiciarisé en juin 2014.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le bras de fer entre la bâtonnière suspendue et le conseil d'administration de l'ordre professionnel s'est poursuivi devant les tribunaux ce matin.

L'avocat de Me Lu Chan Khuong, Me Jean-François Bertrand, a indiqué qu'il s'opposerait au dépôt de documents de preuve détenus par la Maison Simons relativement à une plainte pour vol à l'étalage portée en avril 2014 à la succursale du Carrefour Laval et possiblement relativement à un autre incident qui serait survenu à la Place Ste-Foy à une date inconnue.

«On est en train de faire une commission royale d'enquête sur ma cliente», a déclaré Me Bertrand, ce matin, lors d'une courte audience devant le juge Marc Paradis de la Cour supérieure.

L'affaire qui devait être entendue aujourd'hui n'a pas beaucoup progressé. Un pépin avec le système informatique du palais de justice de Québec a fait en sorte que l'audience sur la requête du CA du Barreau pour obtenir ces documents n'a pas été inscrite au rôle.

Lors de l'audience, Me Bertrand a précisé qu'il demanderait un huis clos et une ordonnance de non-publication sur les débats entourant la requête. Un avocat qui représente un groupe de médias (dont La Presse) s'opposera au huis clos et à la non-publication. La date de l'audition n'a pas encore été fixée.

Produite le 18 août, la requête du CA du Barreau « ordonne à la Maison Simons et à ses représentants de transmettre une copie de tous les documents et éléments matériels de preuve qu'elle détient relativement aux faits impliquant la demanderesse (Lu Chan Khuong) survenus le 17 avril 2014 à la succursale du magasin de la Maison Simons ou aux autres faits similaires survenus possiblement dans d'autres succursales Simons.»

Me Bertrand s'opposera à cette requête pour motif de non-pertinence.

L'avocat du CA du Barreau appelé à la barre

Le 1er juillet dernier, La Presse+ a rapporté que la bâtonnière Lu Chan Khuong avait fait l'objet d'une plainte policière pour vol à l'étalage chez Simons en avril 2014 et a accepté que son dossier soit déjudiciarisé en juin 2014. Me Khuong nie avoir commis un vol et plaide l'erreur d'inattention. Le lendemain de la publication du reportage, le CA du Barreau a suspendu Me Khuong, qui conteste maintenant sa suspension devant les tribunaux et poursuit les membres du CA du Barreau. Le procès débutera le 5 octobre.

Le second dossier a été évoqué pour la première fois le 20 août dernier par l'avocat du CA du Barreau, Me Raymond Doray, lors d'une mêlée de presse au palais de justice de Québec en marge d'une procédure visant à réintégrer Me Khuong dans ses fonctions en attendant la suite des procédures judiciaires.

Me Doray avait alors déclaré que la Maison Simons lui avait indiqué qu'elle pouvait assigner à la cour trois témoins pour deux événements distincts. Deux témoins seraient en lien avec la plainte pour vol à l'étalage du 17 avril 2014 à Laval, et un troisième témoin serait disponible pour un autre événement survenu au Simons de Sainte-Foy.

Me Doray a été appelé à la barre ce matin à la demande de Me Bertrand. Lors de son bref témoignage, Me Doray a indiqué qu'il est entré en contact avec le procureur de la Maison Simons entre le 15 et le 18 août pour préparer sa défense en vue du procès. C'est à ce moment que l'entreprise a répondu qu'elle avait «deux dossiers».

Me Doray n'a pas précisé la nature du second dossier. Quant à Me Khuong, elle affirme n'avoir jamais été «abordée, rabrouée ou interceptée en lien avec un événement qui pourrait ressembler de près ou de loin aux allégations sans fondements», de Me Doray.

Selon nos informations, au printemps 2014, Lu Chan Khuong a quitté le Simons de Laval en omettant de payer deux jeans d'environ 230$ pièce, payant plutôt une seconde fois deux jeans qui lui avaient coûté 9,99$ chacun.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer