Fraude et corruption à Laval: conclusion de l'enquête préliminaire en septembre

Gilles Vaillancourt, le jour de son arrestation, le... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Gilles Vaillancourt, le jour de son arrestation, le 9 mai 2013.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conclusion de l'enquête préliminaire concernant des dossiers de fraude, complot et corruption dans l'octroi de contrats municipaux, à Laval, impliquant l'ancien maire Gilles Vaillancourt et ses 34 coaccusés, devra attendre trois mois encore.

Au terme de deux mois d'audiences, la juge Marie-Suzanne Lauzon a donné rendez-vous ce matin à tous les procureurs et leurs clients le 4 septembre prochain pour déterminer de façon finale la suite des choses. C'est à ce moment que M. Vaillancourt et consorts devraient être cités à procès. Tous devront alors s'entendre sur le type de procès à subir, soit devant juge seul, ou devant juge et jury ce qui est l'option retenue jusqu'à maintenant.

Le report s'explique par la nécessité d'entendre les arguments des avocats représentant Gilles Vaillancourt, l'ancien directeur général de Laval, Claude Asselin, et l'ancien directeur de l'ingénierie, Claude Deguise, qui contestent le chef d'accusation de gangstérisme auquel ils font face. La procédure devait être entendue en juin, mais les parties se sont entendues pour la reporter le 19 août prochain. Dans les semaines précédentes, la Poursuite et la Défense auront d'abord déposé leur argumentaire par écrit.

La requête de l'accusé Jean Bertrand sera également plaidée le 19 août. Me Bertrand remet en question l'un de ses chefs d'accusation.

Ce matin, moins du tiers des accusés étaient présents dans la salle d'audience. Gilles Vaillancourt faisait partie des absents tout comme l'entrepreneur Tony Accurso. La juge Lauzon a prévu les avocats que la présence de tout le monde était requise devant le tribunal le 4 septembre prochain. 

L'enquête préliminaire s'est ouverte le 7 avril dernier au palais de justice de Laval. L'exercice qui était frappé d'une ordonnance de non-publication a permis de présenter la preuve détenue contre les accusés. Cinq témoins ont été entendus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer