Une audition pour la libération conditionnelle d'Omar Khadr a été annulée

Après sa libération, Omar Khadr, 28 ans, a... (Photo Nathan Denette, La Presse canadienne)

Agrandir

Après sa libération, Omar Khadr, 28 ans, a dit aux journalistes qu'il espère que les Canadiens vont lui donner une chance.

Photo Nathan Denette, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
EDMONTON

Une audition de la commission des libérations conditionnelles planifiée pour l'ex-détenu de Guantanamo Bay Omar Khadr a été annulée.

Un porte-parole de la commission a déclaré que sa peine de prison a été mise sur la glace depuis qu'il a été libéré avec conditions, la semaine dernière.

Gary Sears dit que parce qu'Omar Khadr ne purge pas actuellement sa peine, la commission n'a pas juridiction pour tenir l'audition qui devait avoir lieu en juin.

Le jeune homme né à Toronto a été libéré du pénitencier Bowden, près d'Innisfail en Alberta, après avoir été en détention 13 ans depuis sa capture alors qu'il était un adolescent de 15 ans blessé en Afghanistan.

Alors qu'il se trouvait à Guantanamo, il a plaidé coupable à cinq crimes de guerre, incluant le meurtre d'un soldat américain.

Mais il affirme avoir plaidé coupable uniquement pour pouvoir quitter la prison de Guantanamo et a été libéré en attendant son appel devant un tribunal américain.

Le gouvernement canadien a fait une ultime tentative devant la Cour d'appel de l'Alberta, plaidant que sa libération menacerait le traité international en vertu duquel Omar Khadr a été ramené au Canada en 2012.

Il a maintenu que le jeune homme était un terroriste sans remords qui doit purger sa peine au complet.

La Cour d'appel a tranché que le gouvernement n'avait pas démontré que la remise en liberté allait causer du tort aux intérêts canadiens ni poser un risque pour la population.

Après sa libération, Omar Khadr, 28 ans, a dit aux journalistes qu'il espère que les Canadiens vont lui donner une chance.

«Je vais leur prouver que je suis bien plus que ce qu'ils ont pensé de moi. Je vais leur prouver que je suis une bonne personne», a-t-il dit devant la maison de son avocat, où il va demeurer en attendant son appel. Il doit aussi respecter un couvre-feu et porter un bracelet électronique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer