Un pharmacien trafiquait des ordonnances pour son profit

Insatisfait de son salaire de 55$ de l'heure, un pharmacien montréalais a... (PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Insatisfait de son salaire de 55$ de l'heure, un pharmacien montréalais a choisi de s'accorder lui-même une augmentation en fabriquant de fausses ordonnances et en fraudant un assureur.

Dikran Karlozian a empoché quelques milliers de dollars entre 2010 et 2012, grâce à différentes manoeuvres illégales commises à la Pharmacie Francis Shefteshy de Laval.

Il vient d'être condamné à 7000 $ d'amende et trois mois de suspension par le comité de discipline de l'Ordre des pharmaciens.

C'est la syndique adjointe de l'Ordre qui a résumé les multiples combines utilisées par M. Karlozian.

Il a pris «de l'argent dans la caisse» qu'il considérait comme de «l'argent de poche»,  a relaté Josée Morin. Environ 840 $ sur quelques mois.

Le pharmacien aurait aussi touché 4500 $ «sur les paiements par carte de crédit». «Il réclamait un montant supérieur [au coût réel] puis prenait la différence dans la caisse», a poursuivi Mme Morin.

Il s'est aussi fait rembourser par l'assureur Sun Life environ 2600 $ en médicaments d'ordonnance qu'il n'a jamais payés.

«Pas assez payé»

Mme Morin a expliqué que Dikran Karlozian lui «a mentionné qu'il trouvait ne pas être assez payé», malgré son salaire horaire de 55$. «Il a préféré se compenser lui-même», a-t-elle ajouté.

Le pharmacien a pris brièvement la parole au cours de l'audience pour admettre l'ensemble des faits. Il a affirmé qu'il vivait de la frustration sur le plan professionnel à l'époque. «C'était assez difficile. J'ai essayé de m'en sortir, mais pas de la bonne façon», a-t-il dit.

Son avocat et celui de la syndique ont conjointement proposé d'imposer une amende de 7000 $ au pharmacien, devenu entretemps propriétaire de son propre établissement, sur la rue Ontario. Il échappe à la radiation et sera plutôt suspendu pendant trois mois, ce qui lui permettra de demeurer propriétaire.

Le président du comité de discipline, Réjean Blais, a affirmé qu'il trouvait «dangereux de façon incroyable» le précédent que créait cette suspension sans radiation, au cours de laquelle M. Karlozian sera relégué à des tâches administratives. «Ça me fait peur», a-t-il ajouté.

Le comité de discipline a tout de même approuvé la recommandation commune des parties, à condition d'obtenir une déclaration assermentée du pharmacien qui remplacera M. Karlozian pendant les trois mois de sa suspension.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer