Mort d'Alain Magloire: un col bleu a tenté d'intervenir

Alain Magloire... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alain Magloire

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Allard
La Presse

Jusqu'à la toute dernière seconde avant que le sans-abri Alain Magloire ne tombe sous les balles, le 3 février 2014, l'agent Pascal Joly a tenté de le maîtriser avec des armes intermédiaires, sans jamais dégainer son arme à feu. Il a failli en payer le prix, a-t-il raconté hier, à l'occasion de la troisième journée de l'enquête publique du coroner Luc Malouin.

Avec son coéquipier de longue date Mathieu Brassard, l'agent Joly a été le premier policier arrivé en renfort dans la rue Berri afin de prêter main-forte aux agents Jeanne Bruneau et Alex Campeau, qui étaient aux trousses de M. Magloire, armes au poing. L'agent Joly a immédiatement tenté de l'asperger de poivre de Cayenne. « Ça n'a pas fonctionné. Il s'est alors avancé vers moi en brandissant son marteau. J'ai reculé et tenté un deuxième jet, toujours inefficace. » L'agent Joly a ensuite déployé son bâton télescopique, mais s'est ravisé. « Je voulais faire une frappe de diversion, mais c'était trop dangereux. Il était très agressif, il ne coopérait pas. »

Quand il a vu la voiture de police qui fonçait sur Alain Magloire, l'agent Joly a profité de cette diversion pour s'approcher du suspect afin de le neutraliser. À son souvenir, le sans-abri a été heurté par l'auto-patrouille. Il l'a approché pour l'agripper. « Après, c'est un black-out. » Magloire a brandi son marteau vers Joly. Au même moment, l'agent Brassard faisait feu. « Je sais que ma vie est danger. Mon réflexe est de me protéger. » Joly s'est jeté par terre, il a fait dos au marteau et protéger sa tête à l'aide de ses mains. Après les événements, il a été en arrêt de travail pendant cinq mois.

Un col bleu intervient

Col bleu à la Ville de Montréal, Guy Miqueu a aussi été entendu hier au Centre de services judiciaires Gouin. Il colmatait une conduite d'eau à l'intersection des rues Ontario et Berri lorsque des cris ont attiré son attention. « J'ai vu une policière. Elle criait à un homme de lâcher son marteau, elle braquait son arme vers lui », a-t-il raconté.

L'agente Jeanne Bruneau s'adressait à Alain Magloire. « Je l'entends dire plusieurs fois de lâcher son marteau en pointant son arme sur lui.» M. Magloire tenait son marteau le long de sa jambe et ne répondait pas à la policière. Il déambulait calmement, selon le col bleu.

« Il avait l'air d'un gars normal. »

M. Miqueu s'est dirigé vers le sans-abri et lui a adressé la parole. « Pourquoi tu ne jettes pas ton marteau ? Ils vont te tirer. » M. Magloire a levé les bras en l'air, comme pour signifier son indifférence, avant de répondre sur un ton calme : « Je m'en fous, qu'ils tirent. »

Un peu plus tard, alors que quatre policiers tenaient en joue Alain Magloire face au terminus Berri, Guy Miqueu a vu une voiture de police « rentrer dedans ». « M. Malgoire a sauté, comme s'il avait voulu l'éviter, il a revolé et est tombé sur le capot. Ensuite, il m'a semblé qu'il donnait un coup à quelqu'un. »

Est-ce qu'Alain Magloire a été happé par la voiture que conduisait l'agent Denis Côté ou a-t-il délibérément grimpé sur le capot ? La voiture roulait-elle à basse ou à haute vitesse ? Les perceptions sont diverses. Cependant, selon le rapport d'autopsie, aucune marque de blessure interne ou externe n'a été observée sur les jambes de la victime. S'il y a eu impact, celui-ci a été léger, a précisé le coroner Malouin.

Le témoignage de l'agent Mathieu Brassard sera entendu aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer