L'appel de la conjointe du ministre Barrette rejeté

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et sa conjointe, la Dre Marie-Josée Berthiaume.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La demande d'appel de la Dre Marie-Josée Berthiaume a été rejetée par la cour, mercredi dernier. En avril 2013, la femme du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait perdu la poursuite de 250 000$ pour harcèlement et atteinte à la réputation qu'elle intentait contre 12 de ses anciens collègues radiologistes de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal.

Le juge Marc-André Blanchard avait même plutôt accusé la Dre Berthiaume de procédures judiciaires abusives et l'avait condamnée à payer différentes sommes à chacun de ses ex-collègues, pour un total de plus de 363 000$.

Le juge avait parlé d'une «guérilla judiciaire» qui s'était déroulée dans la société regroupant les membres du service de radiologie de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont, dont Gaétan Barrette avait été président de 2000 à 2008.

Arguments de l'appel rejetés

La Dre Berthiaume portait cette décision en appel en plaidant notamment que le juge Blanchard avait fait erreur en rejetant sa théorie «fondée sur l'ostracisme [...] et la diffamation», et en jugeant sa procédure abusive. Elle estimait également que les montants imposés étaient «excessifs».

Dans son jugement rendu séance tenante le 12 novembre, la juge France Thibault rejette chacun de ces arguments. Elle estime que la Dre Berthiaume «n'a pas établi l'existence d'une erreur de droit ou d'une erreur de fait». Que certains arguments de la Dre Berthiaume ne tiennent pas compte du fait que «l'existence même de la très grande majorité des faits qui constitueraient une faute n'a pas été prouvée».

La juge Thibault affirme que la proposition de la Dre Berthiaume voulant que «l'incivilité et la grossièreté doivent être assimilées à une faute civile» est «erronée» et que les propos incivils «ne sont pas nécessairement diffamatoires».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer