Le bracelet GPS de Mohamed Harkat, accusé d'activité terroriste, retiré

Mohamed Harkat, un réfugié algérien, a été arrêté... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC)

Agrandir

Mohamed Harkat, un réfugié algérien, a été arrêté il y a plus de dix ans, alors qu'il était soupçonné d'être un agent double d'al-Qaïda.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

La femme d'un résidant d'Ottawa accusé d'avoir des liens avec des groupes terroristes a annoncé jeudi que les autorités avaient retiré le bracelet de surveillance électronique de la cheville de son mari.

Sophie Harkat a affirmé que l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) avait enlevé l'appareil mercredi soir dans la foulée d'un ordre de la cour visant à adoucir les conditions de mise en liberté de Mohamed Harkat.

Le jugement de la Cour fédérale, qui fait suite à une audience ayant eu lieu en juin, n'a pas encore été rendu public.

Mme Harkat a toutefois confié à La Presse Canadienne que son époux et elle étaient revenus à leur résidence mercredi et découvert que l'ASFC leur avait laissé un message téléphonique leur demandant de se présenter à l'un de ses bureaux pour que le bracelet GPS puisse être retiré.

M. Harkat, un réfugié algérien, a été arrêté il y a plus de 10 ans en vertu d'un certificat de sécurité parce qu'il était soupçonné d'être un agent double d'Al-Qaïda, une accusation qu'il a démentie.

Depuis sept ans, il est assigné à son domicile et soumis à des conditions très strictes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer