Les enquêtes policières visant des médias québécois se multiplient

Les enquêtes policières visant des médias se sont... (Photo Tobias Schwarz, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Les enquêtes policières visant des médias se sont multipliées au Québec dans les dernières années.

Photo Tobias Schwarz, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans les dernières années, les enquêtes policières visant des médias se sont multipliées au Québec. Tour d'horizon de ces épisodes récurrents où des journalistes sont filés, perquisitionnés ou intimidés dans le cadre de leur travail.

UN ORDINATEUR SAISI

Le correspondant du Journal de Montréal au palais de justice s'est vu saisir son ordinateur portable par la Sûreté du Québec (SQ) le 21 septembre dernier, plusieurs mois après avoir révélé une vidéo compromettante pour une juge de la Cour du Québec. Le Conseil de la magistrature - le conseil de discipline des juges - a porté plainte contre le journaliste, l'accusant d'avoir piraté son site web afin d'avoir accès au document. La Presse a démontré la semaine dernière que la vidéo était en fait facilement accessible à tout internaute. La ministre de la Justice s'est dite « préoccupée » par la situation et les failles sécuritaires du site du Conseil de la magistrature. La SQ n'a toujours pas rendu son ordinateur à Michaël Nguyen.

DES CORRESPONDANTS PARLEMENTAIRES FILÉS

Au mois d'août 2007, les correspondants parlementaires de La Presse Joël-Denis Bellavance et Gilles Toupin ont été suivis pendant neuf jours par des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ceux-ci voulaient découvrir comment les deux journalistes avaient obtenu un rapport des espions canadiens résumant une conversation d'Adil Charkaoui qui évoquait un plan pour détourner un avion. M. Charkaoui a toujours nié l'existence de cette conversation. Après les neuf jours de filature, lorsque les policiers fédéraux ont finalement demandé l'autorisation, elle leur a été refusée par l'officier responsable, Bob Paulson, qui est depuis devenu le grand patron du corps policier. Les enquêteurs sont revenus à la charge plusieurs fois. En 2008, M. Paulson a changé son fusil d'épaule et leur a donné le feu vert pour lancer la filature. Mais l'idée a été abandonnée pour des raisons inconnues.

UNE MAISON PERQUISITIONNÉE

Son domicile perquisitionné en présence de ses enfants, sa conjointe filée et lui-même ciblé par 12 opérations de surveillance : la SQ a sorti l'artillerie lourde, en 2012, pour enquêter sur Éric Yvan Lemay, du Journal de Montréal, après qu'il eut révélé le manque de protection des dossiers médicaux dans un hôpital de Saint-Hyacinthe. Le journaliste chargé des affaires de santé s'était filmé en train de manipuler momentanément les documents afin de démontrer la facilité avec laquelle un visiteur pouvait y avoir accès. Aucune accusation n'a été déposée. La Cour supérieure a refusé d'accorder des dommages à M. Lemay pour ces perquisitions.

UN JOURNALISTE CIBLÉ PAR UNE TENTATIVE D'INTIMIDATION

En 2014, Patrick Lagacé de La Presse a été convié à une rencontre avec deux policiers de la SQ qui disaient enquêter sur l'affaire Ian Davidson, du nom de cet analyste du SPVM qui a tenté de vendre une liste d'informateurs à la mafia. Les enquêteurs ont tenté de faire avouer au journaliste l'identité d'une source dans ce dossier. Après avoir essuyé un refus, ils ont exigé que M. Lagacé ne révèle pas l'existence de la rencontre, sous la menace d'une accusation d'entrave à la justice. La Presse a tout de même publié une chronique levant le voile sur toute l'affaire, sous le titre « Quand la police traque les sources journalistiques ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer