Le mafioso Spagnolo a été abattu en ouvrant la porte de sa demeure

Vincenzo Spagnolo photographié par La Presse lors des... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Vincenzo Spagnolo photographié par La Presse lors des funérailles de Rocco Sollecito, en juin dernier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il était 17h25 en ce samedi ensoleillé d'octobre. Vincenzo Spagnolo et son épouse se trouvaient dans leur maison de Vimont. Quelqu'un a sonné à la porte. L'homme de 65 ans, ancien bras droit du défunt parrain Vito Rizzuto, est allé ouvrir. Pour son plus grand malheur, puisqu'il a été atteint de plusieurs balles. Au moins huit, qui ne lui ont laissé aucune chance.

C'est, en résumé, ce qui se serait passé, samedi, sur la rue Antoine-Forestier, selon une source. Le suspect serait un homme à la peau foncée d'environ 25 ans, qui portait un manteau avec un capuchon noir. La Sûreté du Québec a toutefois refusé de confirmer ou infirmer ces informations.  

L'assassinat de Vincenzo Spagnolo s'inscrit dans ce qui semble être l'extermination systématique du clan mafieux des Siciliens. Plus tôt cette année, en mai, Rocco Sollecito a connu le même sort. Un mois plus tôt, en mars, c'est Lorenzo Giordano qui avait été éliminé.

M. Spagnolo a été très proche du grand patron de la mafia, Vito Rizzuto, avant que celui-ci décède de mort naturelle à l'hôpital, en décembre 2013. M. Spagnolo est un de ceux qui ont accueilli M. Rizzuto à Toronto, lors de son retour au Canada en 2012. Ce dernier rentrait au bercail après avoir purgé six ans de prison aux États-Unis, pour sa participation aux meurtres de trois mafieux, commis en 1981, à New York.

M. Spagnolo a été propriétaire de salles de réception, dont le Buffet Roma. Selon nos informations, il aurait été propriétaire silencieux du Romcafé de Laval, où Vito Rizzuto tenait son quartier général, en 2012 et 2013, au moment de la sanglante reprise du pouvoir. M. Spagnolo aurait également contrôlé, du moins jusqu'à récemment, le café Bellerose, autre chef-lieu du clan des Siciliens à Laval. Cet établissement a été la cible d'un cocktail Molotov, il y a quelques semaines. À Montréal, le bar Empire, autre fief des Rizzuto, avait aussi été la cible de cocktails Molotov.

Même s'il était très présent dans l'entourage de l'ex-parrain, Vincenzo Spagnolo n'était pas reconnu comme étant très impliqué dans les opérations criminelles du  clan. 

- Avec la collaboration de Daniel Renaud

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer