Émeute dans Montréal-Nord: aucune accusation ne sera portée

Le SPVM a décidé de ne pas intervenir... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le SPVM a décidé de ne pas intervenir auprès des manifestants qui ont saccagé des vitrines et incendié des voitures à Montréal-Nord, au début du mois d'avril.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Personne ne sera arrêté et aucune accusation ne sera portée contre les vandales qui ont attaqué le poste de quartier 39, incendié des voitures et fracassé des vitrines de commerces, au début du mois d'avril, dans l'arrondissement Montréal-Nord. Après une enquête de quelques semaines, le SPVM a décidé de fermer le dossier.

«L'enquête nous a permis d'aller chercher certains renseignements et de nous mettre sur quelques pistes, mais pour porter des accusations, ça prend une preuve suffisante et nous ne nous sommes pas rendus là», explique le commandant Guy Bianchi de la Division est du SPVM.

«Nous avons identifié des individus. Mais les images des caméras de surveillance n'étaient pas de la qualité espérée. Est-ce que nous avons identifié des gens qui ont commis des crimes ? Non, car ils auraient été accusés», ajoute l'officier.

Le commandant Bianchi n'a pu préciser si des individus identifiés étaient des résidents de Montréal-Nord et affirme que l'enquête a été fermée à la fin mai. Toutefois, il assure que le SPVM a mis tous les efforts que nécessitaient de tels débordements de violence.

«Le SPVM a mis les effectifs nécessaires pour enquêter ce dossier. Des gens ont notamment supporté les enquêteurs dans le visionnement des images et une panoplie d'autres ressources ont été mises à contribution», dit-il.

C'est à la suite de la mort d'un résident de Montréal-Nord, Jean-Pierre Bony, lors d'une frappe policière, qu'a été organisée cette manifestation qui a mal tourné. Au lendemain de l'émeute, en conférence de presse, la responsable de la sécurité publique au Comité exécutif de la Ville de Montréal, Anie Samson, avait dû défendre la stratégie de non-confrontation du SPVM dans cette affaire.

***

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer