Mafia montréalaise: la nouvelle garde veut faire table rase

L'attaque survenue vers 16h hier dans le bar... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

L'attaque survenue vers 16h hier dans le bar Sinatra autrefois appelé Hillside, sur la rue Fleury dans Ahuntsic, est le dernier chapitre d'un changement de garde sanglant.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Mafia montréalaise

Actualité

Mafia montréalaise

Luttes de pouvoir, règlements de compte, arrestations, toutes les nouvelles sur la mafia montréalaise. »

Daniel Renaud
La Presse

Le meurtre commis hier après-midi à Montréal, qui constituerait par ailleurs une erreur sur la personne, et les assassinats des hommes d'honneur Rocco Sollecito et Lorenzo Giordano commis ces dernières semaines à Laval, pourraient avoir le même dénominateur commun : une prise de pouvoir jumelée à l'élimination de l'ancienne garde de la mafia montréalaise, selon ce que des sources ont confié à La Presse.

L'attaque survenue vers 16h hier dans le bar Sinatra autrefois appelé Hillside, sur la rue Fleury dans Ahuntsic, est le dernier chapitre de ce changement de garde sanglant. «C'est comme si on voulait faire table rase et repartir sur de nouvelles bases», constate un observateur.

Angelo D'Onofrio, 72 ans, un habitué du café peu ou pas connu des policiers, est la dernière victime de cette prise de pouvoir. Une victime vraisemblablement innocente car des sources policières ont confié à La Presse que «l'erreur sur la personne est l'une des thèses les plus plausibles».

Chevelure blanche

En fait, selon nos informations, M. D'Onofrio aurait été confondu avec Carmine Antonio Vanelli, 71 ans, homme d'honneur et mafioso de longue date autrefois associé des Violi puis rallié aux Rizzuto lorsque ceux-ci ont pris le pouvoir au début des années 80. Vanelli, comme d'autres individus associés à la cellule calabraise de la mafia de Montréal, fréquente le café Sinatra. Selon nos sources, vers 16h hier, le tueur aurait fait certaines constatations qui lui auraient permis de croire qu'il s'y trouvait. De plus, la victime, M. D'Onofrio, arborait une chevelure très blanche, comme celle de Vanelli, ce qui pourrait avoir trompé le tireur. Mais le mafioso ne se trouvait pas au Sinatra à ce moment précis. Ironiquement, il était au Complexe funéraire Loreto pour offrir ses condoléances à la famille de Rocco Sollecito assassiné il y a une semaine.

Même si Vanelli appartient à la cellule calabraise, il est considéré comme un fidèle des Rizzuto. Les enquêteurs ne devront également pas exclure la possibilité que l'attaque qui l'a visé puisse avoir un lien avec le meurtre de l'influent calabrais Moreno Gallo assassiné au Mexique en 2013, pour manque de loyauté.

Il faudra voir quelles seront les suites de cette bavure. D'autant plus que le café Sinatra appartient à un proche de Vanelli, l'ancien membre des Rock Machine et des Hells Angels, Salvatore Brunetti. Même si ce dernier aurait remis ses couleurs en bon terme et serait maintenant davantage lié à la mafia qu'aux motards selon la police, l'homme aurait toujours des liens très étroits avec les Hells Angels.

Un point en commun

Lorenzo Giordano, que la police considérait comme un aspirant parrain mais qui a été tué à Laval le 1er mars, Rocco Sollecito, qui était devenu le plus haut gradé de la mafia après la mort naturelle de Vito Rizzuto en décembre 2013 et qui a été assassiné vendredi dernier, et Antonio Vanelli ont tous un point en commun : ils appartiennent a l'ancienne garde de la mafia montréalaise.

Le meurtre commis hier après-midi à... (Photo André Pichette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Photo André Pichette, La Presse

Plus de 200 personnes ont assisté aux funérailles de Rocco Sollecito ce midi en l'église Notre-Dame-de-Pompei de Montréal. Parmi les gens venus lui rendre un dernier hommage, on a remarqué la présence de membres du clan Rizzuto, dont la soeur de Vito Rizzuto, Maria Renda, sa fille Libertina et sa femme, Giovanna Cammalleri. Il y avait également des fidèles du clan, Vincenzo Spagnolo et son fils Nicola, que la police considérait, jusqu'à tout récemment du moins, comme un membre de la table de direction de la mafia montréalaise mise en place après la mort du parrain.

Des enquêteurs de la police étaient garés non loin de l'église pour prendre des photos et rafraîchir leurs albums de renseignement.  

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer