Ferme agricole: traités comme des «esclaves» à Drummondville

Cette année au Québec, près de 10 000... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Cette année au Québec, près de 10 000 emplois agricoles saisonniers seront comblés par des travailleurs temporaires venus de l'étranger.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils venaient au Canada pour « améliorer leur sort ». Ils ont plutôt été traités comme des « esclaves » et comme des « ânes ».

À l'instar de plusieurs milliers de travailleurs migrants chaque année, Erik, Anibal, Luis et Juan ont débarqué au Québec au printemps 2012 la tête pleine d'ambition.

Les quatre jeunes Guatémaltèques, tous dans la vingtaine, avaient été engagés dans une ferme de fines herbes de la région de Drummondville appartenant à Abderrahman Abounouar, un résidant de Laval.

C'était la première fois qu'ils y travaillaient. Ils souhaitaient aider leur famille laissée derrière.

Sur papier, le contrat était tout ce qu'il y a de correct : semaines de 40 heures à un salaire de 9,65 $ l'heure, moins 45 $ pour rembourser le logement qui leur était fourni. Ils avaient droit à une journée de congé hebdomadaire.

C'est un tout autre sort qui les attendait.

Un jugement historique du tribunal administratif du travail, devant lequel les quatre travailleurs ont, dans un geste rarissime, porté plainte pour harcèlement psychologique, lève le voile sur des conditions se rapprochant en tous points de l'esclavage. Passeports cachés, heures impayées, travail forcé, violence physique et verbale, logement insalubre ; la liste est longue. Une des victimes en a fait une dépression. Une autre tremble encore lorsqu'elle en parle.

PEUR DE DÉNONCER

« Ce n'est pas parce qu'on est isolé ou qu'on ne parle pas la même langue qu'on n'aura pas de justice. La loi est la même pour tout le monde », martèle l'avocate Jocelyne Cotnoir de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, organisme qui a représenté les migrants devant la cour.

Quels que soient les abus dont ils sont victimes, les travailleurs migrants n'ont pas l'habitude de la dénonciation, dit-elle.

«Ils sont dans une situation de vulnérabilité. Ils ont peur de se faire renvoyer dans leur pays et de ne pas pouvoir aider leur famille.»

Me Jocelyne Cotnoir

Après des mois d'enfer, Erik, Anibal, Luis et Juan ont trouvé le courage de parler. « On vient ici pour améliorer notre sort, pas pour vivre dans ces conditions », a expliqué Anibal Eduardo Silva Najera à un agent de la GRC venu au secours des travailleurs à la ferme en octobre 2012 après que la patronne eut confisqué leurs passeports et menacé de ne pas leur remettre leurs billets d'avion pour les forcer à continuer à travailler une fois leur contrat terminé.

2 $ L'HEURE

Pendant des mois, les quatre hommes se sont sentis traités comme des « ânes » et comme des « esclaves ».

Ils ont enchaîné des semaines de 50, 60 et même 70 heures, heures pour lesquelles ils n'étaient majoritairement pas payés. Ils ont parfois été réveillés en pleine nuit ou après quelques heures de sommeil à peine et contraints de retourner empaqueter des herbes. Une fois, ils ont travaillé 22 heures d'affilée. Ils ont obéi « par crainte d'être expulsés du Canada », ont-ils dit au tribunal.

10 000
Cette année au Québec, près de 10 000 emplois agricoles saisonniers seront comblés par des travailleurs temporaires venus de l'étranger.

Une certaine semaine de juillet, Erik et Anibal ont chacun travaillé 78 heures. Ils n'ont reçu que 160 $ en salaire, soit l'équivalent de 2 $ l'heure travaillée, révèlent des documents déposés en preuve. La semaine suivante, ils ont travaillé 68 heures pour une rémunération de 53 $.

L'employeur leur a dit que c'est « tout ce qu'ils méritaient et que c'était déjà beaucoup en comparaison du Guatemala ».

Un jour, la fille du propriétaire a frappé Anibal à la tête avec un bouquet de menthe qu'elle trouvait trop petit. Une autre fois, M. Abounouar est descendu de son tracteur pour arracher un tuyau d'arrosage que Juan tenait dans ses mains. Il l'a arrosé des pieds aux genoux en lui reprochant, en espagnol, la façon dont il travaillait.

Plusieurs fois, les hommes ont été forcés de faire de la fumigation sans formation ni protection. Ils ont souffert de maux de tête.

Lorsque la fumigation était mal effectuée, on les menaçait de jeter les fines herbes brûlées et de les forcer à rembourser les pertes.

PAS DE CHAUFFAGE NI D'EAU CHAUDE

Le soir, les quatre hommes allaient se coucher dans une boîte de camion posée sur des blocs de béton qui leur servait de logement.

La « maison mobile » était pourvue en électricité, mais n'avait ni chauffage, ni eau chaude, ni climatisation, ni télévision. En octobre, les travailleurs devaient faire chauffer l'eau pour se laver.

Il y avait des rats, ont raconté les victimes. Lorsqu'il pleuvait, l'eau s'infiltrait par une fenêtre. Lorsqu'il ventait, il faisait froid. Les lits étaient installés à quelques mètres les uns des autres dans une même pièce.

Un des matelas était posé à même le sol. Un des lits était juste à côté de la toilette.

Alertés par un des ressortissants, des employés du Consulat général du Guatemala ont visité les travailleurs à la ferme. Ils ont trouvé des hommes « aussi fatigués que découragés », qui n'allaient « pas bien » et qui semblaient « vivre un cauchemar ».

Ce sont les employés du consulat qui ont contacté la GRC, quelques semaines plus tard, lorsque les travailleurs les ont avisés que leur patronne avait confisqué leurs passeports, les menaçant d'expulsion et de ne pas leur donner de billets d'avion s'ils refusaient de travailler un mois de plus.

Les travailleurs ont été emmenés à l'hôtel, où ils ont passé leurs 15 derniers jours au Québec.

RARE VICTOIRE

Quatre ans plus tard, le tribunal administratif du travail vient de leur accorder 6000 $ chacun en dommages punitifs et moraux. Une autre action, celle-là pour rembourser des centaines d'heures impayées, est en marche.

Les quatre hommes continuent à passer leurs étés dans des fermes canadiennes, mais en Ontario. Ils ne sont pas revenus au Québec, sauf pour les audiences du tribunal.

La ferme d'Abderrahman Abounouar a fermé ses portes l'an dernier. L'homme n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue. Son entreprise a été placée sur une liste noire par le Consulat général du Guatemala et par la Fondation en recrutement de main-d'oeuvre étrangère (F.E.R.M.E. Québec), qui fait affaire avec la majorité des entreprises agricoles de la province.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer