Escouade Éclipse du SPVM: crise interne sur fond de conflit racial

Selon nos sources, une enquête interne a été... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Selon nos sources, une enquête interne a été déclenchée au SPVM après que des policiers ont porté plainte contre leur commandant pour entrave à la justice, dans le cadre d'une crise interne sur fond d'allégations de profilage racial.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des policiers de l'Escouade Éclipse, le groupe de choc du SPVM affecté aux points chauds de la Ville, ont porté plainte contre leur commandant pour entrave à la justice, dans le cadre d'une crise interne sur fond d'allégations de profilage racial et d'ingérence politique, a appris La Presse.

En 2012, Marc Parent, ancien chef du SPVM,... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

En 2012, Marc Parent, ancien chef du SPVM, serre la main de Jocelyne Simon, mère de Pascal et Clifford Beauffort, qui siège à un comité de liaison entre le service de police et la communauté noire.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Selon nos sources, une enquête interne a été déclenchée après le dépôt de la plainte. Mais comme la direction n'a voulu ni confirmer ni infirmer l'affaire, il est difficile de départager la part de responsabilité de chacune des parties dans cet affrontement.

Le conflit tire son origine des relations difficiles de l'escouade avec deux frères montréalais de descendance haïtienne : Pascal et Clifford Beauport. Pascal, l'aîné, est col bleu à la Ville de Montréal. Il conduit une Mercedes de l'année et fréquente les boîtes de nuit, où il dit avoir souvent constaté qu'il attirait l'attention de l'Escouade Éclipse.

ÉCHAUFFOURÉE DU JOUR DE L'AN

« Ils sont vraiment fatigants », a-t-il pesté lorsque La Presse l'a joint au téléphone hier. Parmi les nombreux accrochages qu'il reconnaît avoir eus avec la police, il signale une soirée du Nouvel An à l'Auberge Saint-Gabriel, dans le Vieux-Montréal, il y a un an.

Le récit des événements est flou, mais le travailleur de 33 ans dit avoir été blessé au pouce lors d'une échauffourée avec les agents.

«Ils sont intervenus contre moi sans aucune raison.»

Pascal Beauport

Il affirme faire face à des accusations de voies de faits et d'entrave au travail des policiers depuis, mais n'a pas encore été cité à procès. Il dit aussi avoir lui-même porté plainte contre les agents.

Il raconte aussi que son frère cadet, comme lui, a souvent eu maille à partir avec le SPVM lorsqu'ils faisaient leur tournée des bars la nuit tombée.

Des sources policières ont donné à La Presse une autre version de l'affaire et soutiennent que ce sont les frères qui refusent de collaborer lors des patrouilles de routine des policiers.

UNE MÈRE BIEN BRANCHÉE

Jocelyne Simon, la mère des deux frères, s'est portée à leur défense et a plaidé leur cause auprès de dirigeants du SPVM, en évoquant un cas de profilage racial.

Il faut dire qu'elle s'y connaît en la matière : entrée au service correctionnel canadien en 1989, impliquée au sein de l'organisme communautaire Équipe RDP et chef de file influente de la communauté haïtienne, elle siège à un comité de liaison entre le SPVM et la communauté noire. L'une des missions premières de ce comité est justement la prévention du profilage racial.

« Les jeunes Noirs qui subissent ça, c'est très fort. Un jour, ce sont mes enfants, demain, ce seront les enfants des autres. Il faut travailler à régler ça », a déclaré Mme Simon à La Presse hier.

La dame a fait part de son mécontentement à la haute direction du SPVM. Le directeur adjoint Bernard Lamothe s'est personnellement mêlé du dossier. Le nouveau commandant de l'Escouade Éclipse, Patrice Vilcéus, lui-même d'origine haïtienne, serait intervenu pour adoucir leurs rapports avec les frères Beauport.

INTERVENTION DÉNONCÉE

Pour certains policiers, il s'agissait d'une ingérence inacceptable de la hiérarchie au profit d'une citoyenne connectée en haut lieu, mais aussi d'une trahison envers les agents de première ligne qui affrontent des situations explosives chaque fois qu'ils prennent la route de nuit. Les plaintes ont suivi. L'enquête interne déterminera s'il y a eu faute.

Pierson Vaval, le directeur d'Équipe RDP et collègue de Mme Simon, a souligné hier à quel point il est important pour la communauté noire de continuer à travailler main dans la main avec le SPVM pour régler ce genre de différend. Comme Mme Simon, il convient que la situation s'est beaucoup améliorée au fil des ans. Il ajoute que la nomination d'un commandant haïtien à la direction d'Éclipse avait reçu un accueil très favorable au sein de la communauté.

« Jocelyne fait preuve de courage. Elle maintient son engagement avec la police pour trouver des solutions plutôt que d'abandonner et de se mettre en opposition. Elle continue son travail parce qu'elle y croit, parce que c'est ça qui change les choses », dit-il.

Un vol de données dans sa voiture

Déjà aux prises avec une crise dans son équipe, le commandant de l'Escouade Éclipse a eu le malheur d'être victime d'un vol de données secrètes très sensibles peu avant Noël. 

Le Journal de Montréal révélait hier qu'un cambrioleur a volé le sac que Patrice Vilcéus avait laissé traîner sur le siège de sa voiture pendant un party de Noël. À l'intérieur, deux clés USB contenant des renseignements très confidentiels sur des enquêtes du SPVM. Le corps policier a confirmé qu'une enquête était en cours hier. Selon nos informations, les nombreux enquêteurs affectés à cette affaire n'ont pu déterminer si le voleur avait pris conscience de l'importance de la clé ou s'il l'avait simplement jetée à la poubelle.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer