Exclusif

Un bâtonnier arrêté pour facultés affaiblies à sa sortie du palais

Me Guy Boisvert, bâtonnier d'Arthabaska.... (Photo d'archives, Le Soleil)

Agrandir

Me Guy Boisvert, bâtonnier d'Arthabaska.

Photo d'archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dirigeant d'une section régionale du Barreau du Québec fait face à des accusations d'alcool au volant après avoir été arrêté à sa sortie du palais de justice de Laval, en juin dernier, où il venait de défendre un client lui-même accusé d'avoir conduit avec les facultés affaiblies.

Me Guy Boisvert, bâtonnier d'Arthabaska, a plaidé non coupable à deux chefs d'accusation criminels le 7 octobre dernier.

«De commenter avant qu'il y ait un procès, je trouve ça hasardeux», a-t-il affirmé au téléphone. Il n'a pas voulu dire s'il comptait demeurer en poste d'ici au jugement : «Je ne commenterai pas», a-t-il répondu, après un long silence.

Selon une source fiable à la Couronne, l'état de Me Boisvert aurait éveillé les soupçons d'un policier à l'intérieur du palais de justice de Laval, le 19 juin dernier.

L'horaire des tribunaux pour cette journée montre que l'avocat a brièvement comparu devant le juge Gilles Garneau dans le dossier d'Yvon Nadeau, un client accusé de conduite avec les facultés affaiblies. Joint par La Presse, ce dernier a affirmé qu'il n'avait rien remarqué de particulier chez son procureur.

Le même jour, Guy Boisvert a été intercepté près du palais de justice, au volant de sa voiture. L'éthylomètre indiquait un taux d'alcool atteignant plus de deux fois la limite permise pour conduire, selon nos informations.

«Il n'y a rien qui s'est passé en tant que tel au palais de justice. C'est simplement des soupçons que les policiers ont eu lorsqu'ils ont croisé Me Boisvert au palais de justice», a indiqué notre source.

Selon nos informations, le dossier a été confié à la Couronne de Saint-Jérôme, en raison du risque de conflit d'intérêts entre Me Boisvert et ses vis-à-vis lavallois.

«Si le Guy Boisvert qui a dû comparaître au mois d'octobre a plaidé non coupable, c'est donc qu'il veut un procès», s'est limité à ajouter Me Boisvert. Son adresse professionnelle correspond à celle de l'accusé.

Son propre avocat, Philippe Lamoureux, a refusé de commenter le dossier. «Je n'ai aucun mandat pour commenter le dossier», a indiqué Me Lamoureux.

Me Boisvert est devenu bâtonnier du Barreau d'Arthabaska le printemps dernier. Il était auparavant le numéro 2 de l'organisation. Il pratique essentiellement en droit criminel.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n'a pas voulu commenter le dossier, étant donné que les procédures criminelles contre Me Boisvert sont toujours en cours. La police de Laval n'a pas non plus voulu faire de commentaires.

«Le Barreau du Québec ne commentera pas le fait que vous avez porté à son attention, a indiqué l'organisation dans une déclaration écrite. Il importe cependant de rappeler que Me Boisvert n'est pas un administrateur du Barreau du Québec et que le Barreau n'a pas juridiction sur les Barreaux de section.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer