Ontario: recours collectif de 410 millions contre Uber

Cette demande de recours collectif survient alors qu'un... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES PC)

Agrandir

Cette demande de recours collectif survient alors qu'un tribunal ontarien vient pourtant de statuer qu'Uber ne contrevenait pas à la réglementation de Toronto.

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une demande de recours collectif de 410 millions de dollars contre Uber a été déposée aujourd'hui à la Cour supérieure de l'Ontario au nom des chauffeurs de taxi de la province.

La poursuite a été présentée ce matin par le cabinet Sutts, Strosberg LLP au nom de Dominik Konjevic, un propriétaire de taxi de Toronto. Celui-ci avance qu'Uber et ses chauffeurs ont «conspiré pour transporter des personnes en retour d'une compensation en sachant qu'ils ne disposaient pas des permis nécessaires».

La poursuite réclame 400 millions en dommages compensatoires pour les pertes de revenu des chauffeurs de taxi et de limousine ainsi que 10 millions en dommages punitifs. De plus, le plaignant demande une injonction pour interdire à UberX d'opérer en Ontario.

«Le plaignant croit qu'Uber a créé un important marché pour orchestrer du transport illégal à Toronto», dit Jay Strosberg, du cabinet Sutts, Strosberg LLP.

Cette demande de recours collectif survient alors qu'un tribunal ontarien vient pourtant de statuer qu'Uber ne contrevenait pas à la réglementation de Toronto.

Les avocats du plaignant répondent que le jugement touchait seulement les services Uber Black, Uber SUV et Uber Taxi, pour lesquels la majorité des chauffeurs ont des permis.

Dans leur recours collectif, ils ont choisi de cibler spécifiquement UberX et UberXL, pour lesquels les chauffeurs n'ont pas de permis.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer