Un importateur de la mafia bientôt libéré d'office sous haute surveillance

Un lieutenant de la mafia qui supervisait les importations de cocaïne à... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Un lieutenant de la mafia qui supervisait les importations de cocaïne à l'aéroport PET durant l'enquête Colisée sera libéré d'office en juin, tout en étant assujetti à des conditions spéciales par la Commission des libérations conditionnelles du Canada.

Giuseppe Torre, 43 ans, qui avait été condamné à 9 ans et quatre mois de pénitencier en 2009 pour deux complots d'importation de 218 et de 38 kilos de cocaïne, ne devra posséder ou utiliser aucun dispositif de communication sans fil, sauf avec autorisation préalable, devra fournir toute information financière et ne pourra communiquer avec toute personne ayant un casier judiciaire ou faisant partie d'une organisation criminelle.

Au cours de sa sentence, Giuseppe Torre a tenté à deux reprises d'obtenir sa libération conditionnelle, en vain.

Durant l'enquête Colisée, Torre s'était retrouvé au centre d'un litige lorsque les dirigeants de la mafia, qui attendaient une importation de 118 kilos de cocaïne, se sont rendus compte que 100 kg avaient été ajoutés à leur insu, les responsables de cet ajout ne voulant vraisemblablement pas payer de taxes à l'organisation sur les kilos supplémentaires.

Devant les commissaires aux libérations conditionnelles, Torre a assuré que ce litige était aujourd'hui réglé.

C'est la cellule dirigée par Giuseppe Torre qui a notamment corrompu la douanière Marilyn Béliveau également accusée dans l'enquête Colisée.

Torre a oeuvré dans l'immobilier commercial durant plusieurs années et n'a pas toujours payé ses taxes et ses impôts, soulignent les commissaires aux libérations conditionnelles.

«Vous n'avez pas d'antécédent criminel mais votre association avec le crime organisé traditionnel italien (COTI) peut laisser croire à l'existence d'une criminalité cachée à travers les années. Selon l'information à votre dossier, il s'agit d'une criminalité de choix, nettement organisée et structurée», écrit la Commission des libérations conditionnelles du Canada dans une décision rendue le 14 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer