Le fils du fondateur de Tim Hortons poursuivi pour agression sexuelle

Dans la poursuite déposée à la Cour supérieure... (Photo PC)

Agrandir

Dans la poursuite déposée à la Cour supérieure de l'Ontario, Elizabeth Kelly accuse Steven Joyce de l'avoir attaquée le 24 octobre 2014 à bord du Destination Fox Harb'r Too - le yacht appartenant à son père Ron Joyce -, alors ancré à Fort Lauderdale. Elle réclame 5,75 millions $.

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Perkel
La Presse Canadienne
Toronto

Une femme de Toronto poursuit le cofondateur de la chaîne Tim Horton et son fils, affirmant que le deuxième l'a agressée sexuellement et physiquement sur le luxueux yacht du premier, en Floride.

Les faits allégués n'ont pas encore été prouvés.

Dans la poursuite déposée à la Cour supérieure de l'Ontario, Elizabeth Kelly accuse Steven Joyce de l'avoir attaquée le 24 octobre 2014 à bord du Destination Fox Harb'r Too - le yacht appartenant à son père Ron Joyce -, alors ancré à Fort Lauderdale. Elle réclame 5,75 millions $.

Mme Kelly, qui célébrait alors son 50e anniversaire de naissance, raconte que Steven Joyce l'avait invitée à bord du navire. Les deux seraient demeurés dans une cabine pendant près de deux heures lorsqu'une deuxième femme a frappé à la porte.

Un premier incident se serait alors déroulé. Joyce aurait empoigné la dame pour l'entraîner vers le lit. Au cours de cette lutte, Joyce et la dame seraient tombés au sol, entraînant Mme Kelly dans leur chute. Celle-ci dit s'être blessée à la main. Elle ajoute qu'elle a souffert de blessures «graves et permanentes».

Un deuxième incident aurait suivi en soirée. Joyce et elle sortaient d'un bain tourbillon lorsqu'il l'aurait attaquée «sans avertissement et de façon inexpliquée». Il l'aurait maintenue sur une chaise longue avant de l'agresser sexuellement. La plaignante soutient qu'elle lui aurait dit qu'il lui faisait mal et l'aurait supplié de cesser.

La défense dit que la poursuite est sans fondement.

Ron Joyce est mentionné dans la poursuite parce qu'il ne se serait pas assuré de la sécurité de la femme à bord du yacht. Il n'était pas présent lors de la prétendue agression. Il a toutefois affirmé au Toronto Star que la poursuite ne reposait sur rien de véridique. Son fils a déclaré au Toronto Sun qu'il comptait «se défendre vigoureusement».

Mme Kelly poursuit également MV Ships Agencies, le constructeur et le propriétaire du yacht de 49 mètres qui vaudrait 18 millions $.

La dame n'avait pas porté plainte aux autorités pour «des raisons personnelles», a indiqué une source familière avec le dossier à La Presse Canadienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer