Un psychiatre prône le transfert d'un patient qui a décapité un homme

Vince Li a été déclaré non criminellement responsable... (Photo archives PC)

Agrandir

Vince Li a été déclaré non criminellement responsable d'avoir poignardé, mutilé et décapité Tim McLean dans un autobus de Greyhound au Manitoba en 2008.

Photo archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
WINNIPEG

Le psychiatre d'un homme qui a décapité un passager à bord d'un autobus Greyhound recommande que son patient, Vince Li, aille vivre dans un foyer de groupe communautaire plutôt que de rester dans l'hôpital psychiatrique de Winnipeg où il se trouve actuellement.

Le Dr Steven Kremer a aussi recommandé que Li  puisse avoir le droit de sortir sans escorte dans la ville.

Il a déclaré à une commission de révision que Li avait eu une bonne année et qu'il était considéré comme étant à faible risque de récidive. Selon lui, l'état de santé de Li «s'est profondément amélioré». Plusieurs autres médecins sont parvenus aux mêmes conclusions, a-t-il ajouté.

Steven Kremer a fait valoir que Li n'avait pas eu d'hallucinations depuis plus d'un an et comprenait qu'il devait prendre ses médicaments. «Les possibilités qu'il recoure à la violence sont minces.»

Il soutient que Li devrait être transféré à un hôpital de Winnipeg avec comme but ultérieur de le transférer dans un foyer de groupe et avoir droit à des visites sans escorte dans la ville. Le personnel du foyer s'assurera qu'il continue de prendre ses médicaments pour contrôler sa schizophrénie.

Li a été jugé criminellement non responsable d'avoir poignardé et décapité Tim McLean, un jeune travailleur forain, en juillet 2008.

Li avait dit avoir entendu des voix le sommant de tuer M. McLean.

Il est demeuré dans un hôpital psychiatrique de Selkirk, au Manitoba, mais a eu graduellement plus de liberté, incluant des visites sans accompagnateur dans la communauté.

La procureure Colleen McDuff ne remet pas en doute la conduite de Li. Elle ne s'oppose pas à son transfert dans un hôpital de Winnipeg. Toutefois, elle dit que la Couronne demeure préoccupée par les réactions de Li à un geste stressant. Me McDuff préfère qu'on tienne une autre audience avant de prendre une décision.

L'avocat de Li, Alan Libman, dit qu'il n'existe aucune raison pour rejeter les recommandations du psychiatre, affirmant qu'aucune évaluation contraire n'a été déposée devant la commission. «Il n'y a aucune raison pour traiter M. Li de façon différentes des autres personnes», a-t-il soutenu.

Li a exprimé des remords et dit regretter d'avoir commis ce meurtre, a ajouté son avocat. Son anglais s'est grandement amélioré et il espère poursuivre ses études dans la collectivité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer