L'héro mortelle hors de contrôle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'héroïne mortelle soupçonnée d'avoir fait des ravages à Montréal depuis deux mois circule à un moment où le milieu des trafiquants est en pleine transformation: la pagaille s'est installée dans ce marché autrefois strictement contrôlé par une poignée de professionnels qui assuraient un certain contrôle de la qualité, a appris La Presse.

«Le contrôle a été perdu, littéralement perdu», explique une source très branchée sur la mafia turque, l'un des groupes qui contrôlent depuis longtemps une large part de la vente d'héroïne dans la métropole.

Rappelons que les autorités rapportent 53 surdoses sévères, dont 18 mortelles, presque toutes liées à l'héroïne, principalement consommée par injection, en mai et juin. Habituellement, Montréal recense en moyenne 1,3 mort par mois liée à une injection mortelle.

«On n'a jamais eu à faire face à une série de décès comme maintenant», affirme la Dre Carole Morissette, de la santé publique.

Les quartiers touchés par la vague funeste sont le centre-ville, le Centre-Sud, Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Nord et Ahuntsic. Deux pistes sont privilégiées. De l'héroïne trop pure, ou de l'héroïne additionnée de Fentanyl, un opiacé extrêmement puissant. Le résultat est le même: cette héroïne trop forte provoque des arrêts respiratoires.

«On a un produit néfaste qui circule et entraîne beaucoup de décès. En matière de santé publique, c'est une menace réelle», dit la Dre Morissette.

Restructuration chez les vendeurs

Depuis des années, le marché de cette drogue était dominé par un petit nombre d'organisations expérimentées: la mafia turque, quelques importateurs iraniens, un chef de clan de la mafia italienne et une souche du «crime organisé traditionnel québécois» exerçaient un quasi-monopole.

Aucun de ces acteurs ne voudrait volontairement faire mourir ses clients.

Mais de nouveaux trafiquants inexpérimentés ont saisi leur chance de percer le marché récemment. Depuis trois ans, le leadership de l'organisation turque a été décimé par les arrestations, les expulsions et les meurtres, ce qui a provoqué un changement de garde brutal, une fragmentation des réseaux et un contrôle moins serré du produit et des personnes qui obtiennent l'autorisation de le vendre, selon des sources policières et criminelles.

«La nouvelle génération n'a aucune expérience. C'est comme si on prenait une bande d'étudiants et qu'on leur demandait de faire fonctionner une centrale nucléaire. Ça peut tuer du monde! On ne s'improvise pas pharmacien. En deux mois, du nouveau stock est arrivé et personne ne sait comment le couper. Ça devient de la pure merde», résume la source jointe par La Presse dans l'entourage de l'organisation turque.

L'enquêteur du SPVM Philippe Paul a raconté l'an dernier devant un tribunal comment il avait saisi en 2011 un conteneur de 38 kilos d'héroïne arrivée du Pakistan, l'une des plus grosses cargaisons jamais saisies ici. La drogue était destinée au parrain turc Attilla Gascar, lequel a été incapable de rembourser ses fournisseurs. Au cours des mois suivants, Gascar a disparu. «L'enquête nous permet de conclure qu'il est probablement mort», a témoigné le policier.

Selon lui, Gascar tenait son organisation d'une main de fer, allant jusqu'à embaucher des tueurs à gages pour éliminer les contestataires au sein de ses troupes. Après sa disparition, le contrôle s'est beaucoup relâché.

Deux policiers ont par ailleurs confirmé cette semaine qu'il y a actuellement des conflits dans les milieux criminels au sujet de l'héroïne. L'organisation turque est déchirée par les rivalités. Le 14 mai, un de ses vendeurs a été blessé par balles dans sa Mercedes, au Plateau Mont-Royal.

Une dizaine d'arrestations

Au SPVM, un groupe d'enquêteurs est chargé de l'enquête sur la vague de surdoses. Il a fait une dizaine d'arrestations et effectué six perquisitions tout en bas de la chaîne d'approvisionnement, sans cibler une organisation en particulier. «On a pris ça au sérieux, on a intensifié la pression sur les vendeurs», explique le commandant Ian Lafrenière.

Mais les réseaux sont résistants. Le SPVM a arrêté un livreur lié à la mafia italienne qui couvrait Rivière-des-Prairies le 14 mai. Dès le lendemain, quelqu'un appelait les clients pour leur donner le numéro du nouveau livreur.

Si tant de gens ont été intoxiqués, c'est toutefois que la source du problème ne se trouve pas chez les vendeurs de rue, mais au-dessus, confirment tous les intervenants consultés par La Presse.

«Les patients ne parlent pas d'un dealer en particulier, mais d'une épidémie!», explique la Dre Marie-Ève Morin, de la clinique Opus, qui a perdu deux patients victimes de surdoses récemment.

À Montréal, il y a environ 5000 héroïnomanes, estime la police. La Dre Morin souligne qu'il est utopique de penser qu'ils peuvent tout arrêter pour éviter la variété trop puissante qui circule.

«C'est une dépendance physique, on ne peut pas arrêter comme ça. S'ils sont en manque, ils sont victimes d'une douleur extrême. Respirer leur fait mal!», dit-elle. Il faut donc trouver d'autres solutions, comme la distribution de médicaments anti-surdose, croit-elle.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud et Gabrielle Duchaine

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer