Affaire Bain: l'audience encore reportée

Richard Henry Bain... (Image Reuters)

Agrandir

Richard Henry Bain

Image Reuters

Partager

Malgré la présence de la psychiatre qui a évalué Richard Henry Bain, accusé dans l'affaire de l'attentat du Métropolis, l'audience qui visait à déterminer son aptitude à être jugé a encore une fois tourné à vide, aujourd'hui.

L'exercice est remis au lundi 28 janvier parce que la défense veut consulter les notes d'un autre psychiatre qui a vu M. Bain.

C'est la quatrième fois depuis le mois de décembre que l'audience sur l'aptitude à comparaître de M. Bain est reportée, pour une question de procédure.

La première fois, le 7 décembre, on avait appris que l'évaluation n'était pas prête parce que M. Bain avait refusé de parler à la psychiatre au motif qu'elle s'était adressée à lui en français.

La deuxième fois, le 11 janvier dernier, le rapport était prêt, mais il était en français, et M. Bain, qui est anglophone, le voulait en anglais. L'audience a été remise pour qu'on en fasse la traduction.

Le 18 janvier dernier, le rapport avait été traduit et l'on s'apprêtait à procéder, mais Me Elfride Duclervil, qui représente l'accusé, a exigé que la psychiatre qui avait rédigé le rapport soit là, et elle n'y était pas. Apparemment, la citation à comparaître ne lui avait pas été remise. La séance a une fois de plus été reportée.

Aujourd'hui, toutes les conditions étaient réunies pour que ça fonctionne: la Dre Bouchard était là et le rapport était en anglais. En amorçant son témoignage (en français), la Dre Bouchard a indiqué que, pour faire son évaluation, elle avait pris connaissance de tout, y compris d'un rapport de son collègue Jacques Talbot, qui a vu M. Bain à quelques reprises l'automne dernier au centre de détention de Rivière-des-Prairies. Du box des accusés, M. Bain a alors agité la main pour dire qu'il n'avait pas lu ce rapport et que, de toute façon, il avait refusé de parler au psychiatre.

Une discussion a suivi au cours de laquelle le juge Jean-Paul Braun a signalé que la défense avait le droit d'obtenir le rapport du Dr Talbot. Il s'agit en fait de notes dactylographiées qui tiennent sur huit pages. La psychiatre avait ces notes en main et il était possible d'en faire des copies, comme l'a suggéré la procureure de la Couronne Éliane Perreault.

Mais le juge Jean-Paul Braun a préféré reporter l'audience pour laisser le temps à la défense de lire le document. Comme la Dre Bouchard n'est pas disponible cette semaine, le tout est reporté à lundi prochain.

Rappelons que M. Bain est accusé, entre autres choses, du meurtre prémédité du technicien de scène Denis Blanchette, de trois tentatives de meurtre et d'incendie criminel. Les événements sont survenus le 4 septembre dernier, au Métropolis, alors que le Parti Québécois y célébrait sa victoire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer