Frappe de l'UPAC à Saint-Rémi

Partager

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a arrêté vendredi matin le maire de Saint-Rémi, en Montérégie, ainsi que deux présumés complices au terme d'une enquête de deux ans et demi sur une possible fraude. Les trois hommes arrêtés et une entreprise font maintenant face à 17 chefs d'accusation.

Les policiers de la Sûreté du Québec ont ouvert une enquête en mai 2010 après avoir reçu une dénonciation citoyenne sur les agissements du maire de Saint-Rémi, petite municipalité au sud de Châteauguay.

«L'enquête tend à démontrer que Michel Lavoie aurait tenté d'abuser de son pouvoir de maire pour s'assurer que certains contrats soient accordés à des entreprises appartenant à ses proches et à ses partenaires d'affaires», explique une porte-parole de l'UPAC, Anne-Frédérique Laurence.

Les faits reprochés à Michel Lavoie, âgé de 58 ans et maire depuis 2005, se seraient déroulés entre mars 2010 et septembre 2011. Il aurait notamment manipulé des appels d'offres pour influencer leurs résultats.

L'UPAC s'est présentée à son domicile au petit matin. Sept chefs d'accusation seront portés contre lui, trois d'abus de confiance, trois de fraude et un de complot.

Son fils, Sébastien Lavoie, 36 ans, a lui aussi été arrêté. Il est accusé de fraude et de complot.

Le maire aurait tenté, dans l'attribution de contrats, de favoriser la compagnie Dorais Construction, aussi accusée de fraude dans cette affaire. Son propriétaire, Dominic Dorais, 40 ans, a été arrêté et est accusé sous six chefs: deux d'abus de confiance, trois de fraude et un de complot.

Les trois hommes sont actuellement détenus au quartier général de la Sûreté du Québec, à Montréal, pour subir un interrogatoire. Ils doivent être libérés plus tard en journée contre promesse de comparaître en mars 2013, au palais de justice de Longueuil.

Selon les données du registre des entreprises, Dorais Construction a été fondée en 1973. L'entreprise familiale a depuis été reprise par Dominic Dorais.

Des perquisitions avaient été réalisées en juillet 2010 à l'hôtel de ville de Saint-Rémi et au domicile du maire Lavoie dans le cadre de cette enquête.

Le maire Lavoie entretenait des liens d'affaires avec la famille Dorais à travers une société à numéro. Le Devoir a révélé en octobre 2010 que l'UPAC s'était intéressée à l'attribution du contrat du poste de pompiers de Saint-Rémi, en 2008. Dorais Construction avait remporté l'appel d'offres et on soupçonnait qu'il y avait eu entente avec le seul autre soumissionnaire.

Dorais Construction faisait affaire principalement à Saint-Rémi. Elle y a notamment obtenu des contrats en sous-traitance dans le projet d'éoliennes de Kruger Énergie.

Saint-Rémi est une municipalité de 7275 habitants. Son budget annuel est de 12,7 millions.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer