SQ: trois anciens dirigeants visés par une enquête

Les trois personnes visées sont Richard Deschenes (notre... (Photo: André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Les trois personnes visées sont Richard Deschenes (notre photo), Jean Audette et Steven Chabot.

Photo: André Pichette, archives La Presse

Partager

L'ex-grand patron de la Sûreté du Québec (SQ), l'ex-patron des enquêtes criminelles et un troisième membre de la haute direction font l'objet d'une enquête ministérielle pour des allégations de nature criminelle, a appris La Presse mardi. On leur reprocherait une utilisation «inappropriée» des «fonds d'opérations spéciales».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon nos sources, les trois personnes visées sont Richard Deschesnes, Jean Audette et Steven Chabot - tous des officiers au curriculum vitae impressionnant. MM. Audette et Chabot ont notamment eu à gérer des enquêtes majeures qui ont malmené le monde interlope. Les deux premiers viennent d'être relevés de leurs fonctions, avec salaire, et le troisième est déjà à la retraite.

La nouvelle a eu l'effet d'une bombe au sein du corps de police. Des policiers n'en revenaient tout simplement pas et certains se questionnaient sur le fondement de ces accusations, tellement ces hommes suscitent le respect à leurs yeux, nous a-t-on dit.

Elle a été confirmée à La Presse, mardi après-midi, tant par la Sûreté du Québec que par le cabinet du ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron. Néanmoins, ceux-ci ont refusé de citer les trois noms mentionnés plus haut et se sont limités à parler de trois «ex-hauts gradés».

Affaire nébuleuse

C'est le nouveau patron de la Sûreté du Québec, Mario Laprise, qui, comme le prévoit l'article 286 de la Loi sur la police, a avisé le ministre de la Sécurité publique Stéphane Bergeron que des allégations de nature criminelles planaient sur les trois personnes en question. Il s'agit de dépenses des fonds spéciaux d'opération qui seraient «non conformes aux politiques de gestion», indique-t-on à la SQ.

Jean Audette... (La Presse Canadienne) - image 2.0

Agrandir

Jean Audette

La Presse Canadienne

En clair, on soupçonne des malversations dans l'utilisation de ces fonds secrets. Ce qui rend l'affaire encore plus nébuleuse, c'est que les sommes en jeu, «importantes», précise une source, n'auraient pas été utilisées à des fins personnelles.

L'article 286 précise que «le directeur d'un corps de police doit sans délai informer le ministre de toute allégation relative à une infraction criminelle commise par un policier, à moins qu'il ne considère, après avoir consulté le directeur des poursuites criminelles et pénales, que l'allégation est frivole ou sans fondement».

Dès lors, le ministre a enclenché une enquête interne indépendante. Plusieurs enquêteurs ont été affectés à ce dossier, assistés par un procureur spécial. «L'enquête se poursuit et nous y collaborons pleinement, a ajouté le lieutenant Michel Brunet. Et nous ne ferons aucun autre commentaire.»

Commission Charbonneau

Richard Deschesnes a été remercié de son poste de directeur général au début du mois d'octobre, soit huit mois avant la fin de son mandat, et remplacé par Mario Laprise, un ancien de la maison qui dirigeait depuis 2005 la sécurité industrielle à Hydro-Québec. M. Deschesnes était demeuré à la SQ.

Steven Chabot... (Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Steven Chabot

Archives La Presse

Des sources bien informées avaient indiqué à La Presse que le départ précipité de Richard Deschesnes était lié au fait que la SQ se faisait tirer l'oreille pour permettre à la commission Charbonneau l'accès complet à l'enquête Diligence. Des éléments de preuve remis à l'équipe d'enquêteurs de la Commission d'enquête sur l'octroi des contrats publics dans l'industrie de la construction (CEIC) auraient été caviardés. Ulcérée, la commissaire Charbonneau se serait plainte auprès du nouveau gouvernement. Il faut savoir que Diligence est un dossier très sensible. Centrée sur l'infiltration du crime organisé dans le monde de la construction, cette enquête est vite devenue un dossier très délicat, car elle s'approchait parfois très près du monde politique, en particulier de l'ancien gouvernement libéral. Désormais, la CEIC disposerait de toute la «documentation» souhaitée, plutôt volumineuse. Rien que sur le plan de la «preuve électronique», cela représente 350 000 conversations écoutées pendant 18 mois, pour un total de 20 000 heures d'écoute.

Jean Audette n'a pas survécu non plus au remue-ménage au sommet du corps de police provincial. Le directeur général adjoint (DGA) des enquêtes criminelles avait été muté cet automne à la tête de la «Grande fonction de l'administration», loin du terrain, et remplacé par Gaétan Guimond. Comme Mario Laprise, ce dernier avait quitté la SQ pour se joindre à Hydro-Québec.

Steven Chabot a quant à lui pris sa retraite en mars 2010. Il était alors directeur général adjoint aux enquêtes criminelles. En plus d'avoir eu la responsabilité de l'enquête Diligence, il a notamment travaillé sur le dossier SharQc, qui a abouti à l'arrestation de près de 150 membres des Hells au Québec. Ironie de l'histoire, il avait été remplacé par Jean Audette.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer