Geneviève Sabourin arrêtée au tribunal

Geneviève Sabourin... (PHOTO STAN HONDA, AFP)

Agrandir

Geneviève Sabourin

PHOTO STAN HONDA, AFP

Partager

Agence France-Presse
New York

L'actrice québécoise Geneviève Sabourin, que l'acteur américain Alec Baldwin poursuit en justice pour harcèlement, a été de nouveau arrêtée mardi à New York, au sortir d'une audience rocambolesque où son avocat a obtenu d'être déchargé du dossier.

Elle a été menottée et escortée vers une destination non précisée. «Je suis arrêtée, je ne sais pas pourquoi», a-t-elle déclaré à la presse avant d'être éloignée de la salle d'audience.

Devant le juge Marc Whiten, son avocat Maurice Sercarz avait peu auparavant fait valoir un différend financier et stratégique avec sa cliente pour demander à être déchargé de l'affaire.

Il a notamment souligné que, contrairement à ce qu'il lui avait conseillé Mme Sabourin refusait de négocier et «était sur Twitter et à la télévision».

Sa nouvelle arrestation pourrait être liée à ces tweets, dont certains évoquaient Alec Baldwin et sa femme, Hilaria, alors que la justice américaine lui avait ordonné de ne pas entrer en contact avec eux.

Avant son arrestation, l'actrice de 40 ans avait essayé de plaider elle-même sa cause devant le juge, alors que celui-ci le lui déconseillait.

Geneviève Sabourin a affirmé qu'elle n'avait «jamais eu l'intention de harceler» qui que ce soit. «J'ai été diabolisée dans le monde entier», a-t-elle ajouté, mettant en avant les plus de «100 000 $» qu'elle a dépensés pour une affaire qui, a-t-elle dit, a détruit sa vie privée et sa vie professionelle.

Elle a aussi affirmé qu'elle était depuis huit mois «incapable de travailler» et avait été traitée «comme une coupable» alors qu'elle était innocente.

Le juge, qui en septembre avait refusé de classer l'affaire à la demande de son avocat, a fixé la prochaine audience au 19 décembre. Soit cela permettra de trouver une solution, soit une date de procès sera fixée, a-t-il dit, après avoir commis d'office un nouvel avocat.

Geneviève Sabourin avait été arrêtée le 8 avril dernier, trois jours après être allée sonner chez Alec Baldwin, star du feuilleton 30 Rock, à Manhattan.

Elle a expliqué à l'AFP que sa démarche était «légitime», car elle avait «maintenu plusieurs mois avec Alec Baldwin une relation romantique. Nous avions eu des rapports sexuels», a-t-elle expliqué. «Et comme il semblait fréquenter de facon très sérieuse quelqu'un d'autre, je suis venue sans m'annoncer pour avoir sa version des faits et comprendre ce qui se passait».

Cinq chefs d'accusation ont été retenus contre elle, dont harcèlement et filature.

«Je risque le tout pour le tout», a-t-elle écrit mardi sur Twitter, quelques heures avant l'audience.

Alec Baldwin l'aurait rencontrée sur le plateau de tournage du film Les aventures de Pluto Nash, en 2002, et l'aurait revue en 2010, selon lui pour un dîner.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Geneviève Sabourin libérée

    Vie de stars

    Geneviève Sabourin libérée

    La Québécoise Geneviève Sabourin, accusée d'avoir harcelé l'acteur américain Alec Baldwin, a été libérée mercredi midi, après qu'une juge de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer