Funérailles de Joe Di Maulo: Raynald Desjardins tente de calmer les tensions

Joe Di Maulo a été abattu devant chez... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Joe Di Maulo a été abattu devant chez lui, à Blainville, le 4 novembre.  Sur la photo, une couronne funéraire offerte par Raynald Desjardins lors des funérailles de Di Maulo.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partager

La tension est si forte entre les factions du crime organisé montréalais que le caïd Raynald Desjardins aurait insisté pour qu'un salon funéraire appartenant à la famille Rizzuto atteste par écrit qu'aucun conflit n'a marqué l'organisation des funérailles de Joe Di Maulo.

Le complexe funéraire Loreto, à Saint-Léonard, a souvent organisé les funérailles de membres de la mafia montréalaise ou de leurs proches. Ce salon est la propriété de la famille Rizzuto. Actuellement, les principaux actionnaires en sont Eleonora Ragusa, la veuve de Nick Rizzuto fils, et Calogero Renda, le fils de Paolo Renda, beau-père de Vito Rizzuto.

Les funérailles de Nick Rizzuto père comme celles de Frank Cotroni, ancien membre du clan rival calabrais, ont eu lieu au Loreto.

Mais pas celles de Joe Di Maulo, pourtant considéré comme un membre influent du crime organisé italien, assassiné devant chez lui à Blainville le 4 novembre.

La famille Di Maulo a plutôt opté pour la maison Magnus Poirier. Certains observateurs y ont vu un signe de tension entre le clan Rizzuto et les proches de Di Maulo. Certaines sources ont même dit que le Loreto avait carrément refusé de s'occuper de Di Maulo.

Agaçé

Cela semble avoir agacé Raynald Desjardins, détenu à la prison de Rivière-des-Prairies en attendant son procès pour le meurtre de l'aspirant parrain Salvatore Montagna.

Desjardins était le beau-frère de Joe Di Maulo. Pour sa sécurité, il a d'ailleurs été placé en isolement après l'assassinat. D'aucuns attribuent ce meurtre aux Rizzuto, qui n'auraient pas digéré que Di Maulo ne prenne pas leur parti pendant la détention de Vito aux États-Unis.

Comme proche de Di Maulo, Desjardins craignait de voir ces supputations au sujet des tensions entre Rizzuto et son entourage le mettre en danger, selon une source bien au fait du dossier.

Il a aussi demandé au patron du Loreto de dissiper toute ambiguïté.

«Cette lettre a pour but de confirmer qu'il n'y a jamais eu de requête de quiconque de la famille Di Maulo visant à obtenir les services funéraires pour le défunt Joseph Di Maulo au complexe funéraire Loreto», dit la lettre, rédigée en anglais et signée le 13 novembre par le directeur du Loreto, Freddy Ruscitti.

La lettre a été remise aux représentants de Raynald Desjardins, qui aurait été informé de son contenu.

Rappelons qu'aucun membre connu de l'entourage de Rizzuto ne s'est présenté aux funérailles de Di Maulo, ce qui est plutôt rare lors de cérémonies de ce genre.

Quant à Vito Rizzuto, il est rentré au pays au début d'octobre après six années de détention aux États-Unis. Selon des sources, il viendrait parfois à Montréal, mais très discrètement.

Desjardins, lui, verra lundi son avocat, Me Marc Labelle, s'adresser à la commission Charbonneau pour tenter de faire casser l'assignation à comparaître qu'elle lui a adressée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer