La dépouille de Joe Di Maulo exposée pour trois jours

La dépouille de Joe Di Maulo, assassiné devant... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

La dépouille de Joe Di Maulo, assassiné devant sa résidence la semaine dernière, est exposée dans un salon mortuaire de l'est de la ville.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partager

Dossiers >

Les patrouilleurs

Actualité

Les patrouilleurs

Suivez David Santerre et Patrick Sanfaçon en patrouille. »

La dépouille du mafioso Joe Di Maulo, assassiné devant chez lui la semaine dernière, est exposée depuis 14h aujourd'hui dans un complexe funéraire de l'est de Montréal.

Dans la plus grande discrétion, les proches de Di Maulo viennent lui rendre un dernier hommage.

Di Maulo, 70 ans, membre influent du milieu criminel italien, a été atteint d'au moins deux balles dans la tête devant sa maison, à Blainville, le dimanche 4 novembre.

Nombreux sont les experts qui croient qu'il pourrait avoir payé de sa vie son manque de loyauté envers la famille sicilienne Rizzuto dans les dernières années. Médiateur plutôt que leader, on lui reprocherait de n'avoir pas choisi son camp, d'avoir préféré naviguer entre les factions, comme il l'a toujours fait.

Giuseppe Di Maulo est originaire de la région du Molise, dans le sud de l'Italie. Sa femme est la soeur de Raynald Desjardins, très influent dans le milieu du crime organisé italien. Une de ses filles est mariée au fils du défunt Frank Cotroni, ancien leader du clan calabrais qu'avaient délogé les Rizzuto pour prendre les commandes de Montréal.

Les funérailles des membres de la mafia sont souvent organisées par le salon funéraire Loreto, à Saint-Léonard, propriété de la famille Rizzuto. Mais l'entourage de Di Maulo a plutôt opté pour le complexe Magnus Poirier du 6825, rue Sherbrooke Est.

Un garage souterrain complètement fermé permet d'entrer dans le salon à l'abri des reporters, mais aussi des policiers, qui surveillent discrètement les lieux.

Des mesures spéciales ont été mises en place dans ce complexe funéraire capable d'accueillir sept cérémonies funèbres. La dernière y a eu lieu aujourd'hui lundi, vers midi, après quoi tout le complexe a été réservé à Di Maulo jusqu'aux funérailles, mercredi à 11h, à l'église Notre-Dame-du-Mont-Carmel, à Saint-Léonard.

Est-ce à la demande de la famille, par mesure de sécurité ou un hasard ?

«C'est comme ça», a simplement déclaré un employé du complexe, sourire en coin.

Ainsi depuis 14h se succèdent les voitures de luxe transportant les membres de l'entourage de Joe Di Maulo. Certains semblent irrités par la présence des médias. On n'a vu jusqu'ici aucune figure connue des milieux criminel ou artistique -- Joe Di Maulo a été longtemps propriétaire de cabaret et a entretenu des amitiés avec certaines vedettes de son époque.

De nombreuses couronnes de fleurs sont livrées. Entre autres, l'une porte la mention «famille Cotroni» et une autre, «Anthony Di Maulo» (son neveu).

Un homme qui dit avoir très bien connu Joe Di Maulo dans le passé, alors qu'il était boxeur, le décrit comme un ami des vedettes, un «cycliste et golfeur hors pair», un «homme au coeur sur la main». Il refuse de parler de son engagement criminel, disant simplement qu'il était «en compétition avec les autres».

Il affirme avoir entendu dire, au salon funéraire, que Joe Di Maulo avait rencontré Vito Rizzuto la veille du meurtre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer