L'agente 728 a déjà été condamnée en déontologie policière

Vidéo YouTube montrant la constable 728 au centre... (Photo: capture d'écran)

Agrandir

Vidéo YouTube montrant la constable 728 au centre d'une controverse depuis lundi.

Photo: capture d'écran

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Matricule 728, cette policière du SPVM qui a suscité une grande controverse en poivrant des manifestants qui l'insultaient sans la menacer physiquement, a déjà été condamnée en déontologie policière.

L'agente matricule 728, Stéfanie Trudeau, a été condamnée à une suspension de six jours ouvrables en 2001, pour des incidents survenus à l'hôpital Ste-Justine, en 1996. Le Comité de déontologie policière avait jugé qu'elle avait eu une attitude agressive et obtuse envers certains membres du personnel de l'hôpital Sainte-Justine, alors qu'elle enquêtait à cet endroit, le 14 juillet 1996, suite à une plainte de viol sur une mineure. D'ailleurs, le Comité avait aussi estimé que, lors du même incident, Mme Trudeau n'avait pas préservé la confidentialité qui se rattachait à ce type d'enquête.

Mme Trudeau en avait appelé de sa condamnation à la Cour du Québec, mais cette instance a maintenu la décision. «L'appelante a manqué de jugement et de discernement en adoptant une attitude agressive et obtuse envers le personnel de l'hôpital Sainte-Justine. Elle ne respectait en aucune façon l'autorité du personnel en fonction et a nui à la tranquillité des lieux. Elle a eu recours à son statut de policier afin d'imposer une autorité dans une situation qui ne la justifiait en aucune façon», peut-on lire dans la décision de la Cour du Québec.

Mme Trudeau et une collègue s'étaient d'abord présentées au guichet de renseignements de l'hôpital vers 23h10, en demandant: «C'est qui le plaignant... Où est le plaignant?» Elles se sont ensuite rendues au quatrième étage de l'hôpital, et se sont entretenues avec le plaignant, un certain M. Joseph. Comme le ton de voix était fort, des infirmières ont demandé aux policières d'aller faire leur enquête en bas, étant donné que les jeunes patientes avaient besoin de repos. «Je m'en foute qui vous êtes, j'ai un travail à faire, j'ai une enquête à compléter», avait répondu Mme Trudeau. Plus tard, elle a aussi lancé à une autre infirmière: «Y'a personne qui va m'empêcher de faire mon travail, j'enquête sur une agression sexuelle.» Au même moment, la nièce du plaignant était sortie d'une chambre, et s'était assise par terre en pleurant. La jeune fille de 14 ans, enceinte, devait être au repos pour elle et le bébé, signale-t-on dans le jugement de la Cour du Québec.

Une infirmière a témoigné à l'effet que la policière Trudeau était agressive et intimidante et qu'elle ne se préoccupait aucunement de l'état de santé de la patiente et de la confidentialité qui devait lui être reconnue. Les autres patientes pouvaient entendre l'histoire de cette adolescente.

Il est à noter qu'une autre plainte a été portée dans le passé contre la policière Trudeau, pour un incident survenu en 1998. Mais au terme de l'audition, Mme Trudeau et son collègue avaient été blanchis.

Mme Trudeau et une autre collègue ont par ailleurs poursuivi à la Cour des petites créances, un homme qui avait porté plainte en déontologie policière contre elles. L'affaire avait été entendue, mais les policières avaient été exonérées. Les policières ont par la suite réclamé chacune 7000$ au plaignant, au motif que celui-ci avait agi avec malice et mauvaise foi, dans le but de leur nuire. Mais la Cour du Québec, division des petites créances, a rejeté leurs recours, estimant que la preuve ne démontrait pas de mauvaise foi ou de malice.

YouTube

Rappelons que l'incident impliquant la policière Matricule 728 est survenu le dimanche 20 mai. Elle a été filmée en train d'asperger copieusement des manifestants. La vidéo s'est retrouvée sur YouTube et a été visionnée plus de 400 000 fois. Le SPVM a décidé de retirer Matricule 728 des manifestations.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer