Le prix de l'essence frôle le record

À plusieurs endroits de Montréal, vendredi, le litre... (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

À plusieurs endroits de Montréal, vendredi, le litre d'essence se vendait 1,499 $.

Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Émilie Bilodeau
La Presse

Le prix moyen de l'essence a atteint 1,499$ le litre à plusieurs endroits à Montréal vendredi et il s'est ainsi rapproché du record de 1,51$ qui avait été enregistré en juin 2008.

Pendant quelques heures, certaines stations ont d'ailleurs fracassé le record.

La station d'essence au coin de la rue Villeray et du boulevard Saint-Michel affichait 1,519$ en après-midi, selon le site essencemontreal.com.

D'autres stations, comme celle de la chaine Costco au coin des rues Bridge et Mill, tentaient d'attirer les voitures avec des prix à la baisse comme 140,9$.

Dans un poste d'essence près de l'entrée du pont Jacques-Cartier où le prix atteignait 149.9$, les automobilistes pestaient. Les clients qui discutaient entre eux étaient d'avis que les stations d'essence s'étaient concertées pour augmenter les prix à la veille d'un long week-end.

Cette nouvelle hausse a été la goutte qui a fait déborder le vase pour Michel-Yves Daigle. Vendredi matin, il a mis son camion, trop énergivore, à vendre.

«Ça n'a plus de bon sens. On se fait voler. Moi, ça ne me tente plus de faire vivre les pétrolières», a-t-il dit en remplissant le réservoir de sa moto. Bientôt, il assure qu'il n'utilisera que son vélo en été et le transport en commun en hiver.

Son réservoir à sec, Jacques Boudreau n'a pas eu le choix de faire un détour vers une station-service. «Je ne mets que 10$ à la fois en attendant que les prix redescendent. Mais je ne sais jamais si je vais me faire avoir avec une hausse», a-t-il affirmé.

Rafael Pires, lui, a affirmé qu'il tente toujours de choisir le détaillant qui affiche le moins cher. La facture pour remplir le réservoir de sa Mazda 3 s'est élevée à 65,56$, soit 20$ de plus que lorsqu'il a acheté sa voiture il y a quatre ans.

Un hasard?

Robert Clark, enseignant à l'école des Hautes Études commerciales et auteur d'une étude sur les prix de l'essence, soutient qu'aucune recherche n'a réussi à prouver que les prix augmentent avant les longs congés.

En revanche, il affirme qu'ils ont plus souvent tendance à bondir les lundis ou mardis et sont plus élevés l'été que l'hiver.

M. Clark croit que les prix atteignent des records notamment en raison de la situation en Iran, du prix du gros qui augmente et de la forte demande de carburant en Inde et en Chine.

D'ailleurs, les prix ne semblent pas prêts de redescendre. Vendredi, la Direction des études économiques de BMO a affirmé qu'il «est fort probable que le prix de l'essence atteigne plus de 1,60$ le litre au Canada.»

Pour tenter d'économiser quelques sous en faisant le plein, M. Clark recommande de sortir de l'île de Montréal et de fréquenter les sites internet qui font la surveillance des prix de l'essence.

Selon lui, les prix vont également atteindre des limites.

«Dès que ça commence à être trop cher, il y a un impact énorme sur le bien-être du consommateur en Amérique du Nord. Et dès que ça commence à affecter le pouvoir d'achat, l'économie se met à mal aller et à avoir des problèmes. On voit alors les prix redescendre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer