Incendie dans une polyvalente de Lachute

Un incendie qui s'est déclaré dans les combles de l'école polyvalente Lavigne, à Lachute, a forcé l'évacuation de près de 2000 élèves, mercredi. Personne n'a été blessé, mais plusieurs se questionnent sur le fonctionnement du système d'alarme, qui n'a jamais sonné.

Les pompiers ont reçu l'appel d'urgence vers 10h30. Il semble que des travaux de soudure sur le toit de l'école soient à l'origine de l'incendie.

De la fumée s'est rapidement dégagée des combles, mais cela n'a pas déclenché le système d'alarme, ont affirmé à La Presse plusieurs élèves et parents. «Notre enseignante a d'abord cru que c'était son ordinateur qui chauffait et nous a demandé de le vérifier. Mais on a vite entendu des crépitements qui venaient du plafond», explique Steven Messier, élève de cinquième secondaire qui se trouvait à la bibliothèque lors de l'incident.

«C'est un peu tout le monde dans la classe qui est allé cogner aux portes pour donner l'alarme», a ajouté Stéphanie Cayen. Les élèves se sont rapidement regroupés à l'extérieur de l'école, où on a fait l'appel pour vérifier qu'il ne manquait personne.

Des autobus ont été réquisitionnés pour ramener les adolescents chez eux après l'évacuation.

Comment expliquer que l'alarme n'ait pas retenti? «Je ne suis pas en mesure de répondre précisément à cette question à ce stade-ci, a dit Rémi Tremblay, directeur des communications de la commission scolaire de la Rivière-du-Nord. Tout ce que je peux dire, c'est que le personnel a suivi à la lettre le protocole d'intervention en cas d'urgence.»

Travail compliqué

Les pompiers de Lachute et de six municipalités avoisinantes ont mis plus de sept heures à maîtriser l'incendie.

Leur travail a été compliqué par les travaux de rénovation qui ont été réalisés sur le toit de l'école, a indiqué le chef des pompiers de Lachute, Pierre Morand. «Quand le toit a été rénové, au lieu d'arracher le vieux toit, ils ont mis d'autres toitures par dessus. Il y a des endroits où il y a deux toits d'épaisseur, d'autres où il y en a trois. C'est ce qui rend l'opération difficile. Le feu couve entre chaque épaisseur.»

Malgré tout, les pompiers sont parvenus à circonscrire les flammes. L'intérieur de l'école a été épargné en grande partie, mais l'eau et la fumée ont provoqué des dégâts considérables.

Les élèves auront congé au moins jusqu'à demain, a précisé le porte-parole de la commission scolaire. «C'est une situation qui est toujours en évolution. Une enquête sera menée. La commission scolaire va suivre le dossier de près», a-t-il assuré.

Steven Messier affirme que plusieurs de ses camarades de classe se sont réjouis d'obtenir ainsi un congé inattendu. «Ils trouvaient ça drôle, au début, parce que c'est pas mal le rêve de tout élève que son école brûle. Et là c'est arrivé, donc ils étaient contents», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer