Interdits, les écouteurs à vélo

Isabelle Dubé
La Presse

Le nombre de cyclistes qui roulent en portant des écouteurs augmente aussi rapidement que les ventes d'iPod et d'iPhone! Jetez un oeil à la piste cyclable près de chez vous et vous en verrez à coup sûr défiler avec des fils blancs, rouges ou noirs qui pendent de chaque côté de leur tête.

Bien que ce semble être agréable pour bien des gens de circuler au son de leur mélodie préférée, la plupart ignorent que c'est illégal et passible d'une amende de 52$.

Sur les pistes cyclables de Montréal, nous avons croisé plusieurs personnes étonnées d'apprendre l'existence de ce règlement. «J'écoute de la musique chaque fois que je pars à vélo, s'exclame Martin tout en enlevant ses écouteurs blancs. Je ne crois pas que je suis prêt à sacrifier ma musique même s'il y a une amende qui me pend au bout du nez.»

Une autre cycliste, Maryanne, qui était mal à l'aise d'être prise en flagrant délit, a vite caché ses écouteurs: «Je sais que c'est dangereux, mais je ne savais pas que c'était interdit!»

Déjà 143 amendes

Ce règlement du Code de la sécurité routière est méconnu. En 2010, 296 contraventions ont été données et la saison estivale 2011 est bien entamée, avec 143 amendes. C'est pourquoi le Service de police de la Ville de Montréal a décidé d'organiser aujourd'hui une activité de sensibilisation sur une piste cyclable très fréquentée de la métropole, à l'angle du boulevard De Maisonneuve et de la rue Stanley. Les policiers ne donneront toutefois pas de contravention, mais des constats de courtoisie.

Selon Jean-François Pronovost, porte-parole de Vélo Québec, il est primordial que les cyclistes soient sensibilisés non seulement à l'infraction qu'ils commettent, mais aussi aux dangers d'avoir l'ouïe occupée par de la musique: «Mes oreilles, c'est ma deuxième paire d'yeux lorsque je me promène à vélo. J'en ai besoin pour voir les voitures arriver et entendre tous les bruits qui m'entourent. C'est de cette façon que nous pouvons éviter les accidents.»

Curieusement, enfourcher sa bicyclette avec une main sur le guidon et le téléphone cellulaire dans l'autre est permis. L'utilisation de Bluetooth ou d'écouteurs reliés à un téléphone intelligent aussi. Les policiers devront donc être très attentifs pour déceler si un cycliste portant des écouteurs converse avec un ami ou fredonne sa chanson préférée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer