Un tournant historique pour la mafia

Agostino Cuntrera, photographié en 2006, lors des funérailles...

Agrandir

Agostino Cuntrera, photographié en 2006, lors des funérailles de Domenico Macri, 34 ans, qui avait été abattu au volant de sa voiture à Rivière-des-Prairies.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Mafia montréalaise

Actualité

Mafia montréalaise

Luttes de pouvoir, règlements de compte, arrestations, toutes les nouvelles sur la mafia montréalaise. »

André Noël
André Noël
La Presse

Agostino Cuntrera, 66 ans, craignait pour sa vie depuis plusieurs mois. Il s'était procuré un véhicule blindé à l'épreuve des balles et se faisait accompagner d'un garde du corps dans ses déplacements. Il avait accumulé un véritable arsenal chez lui. Ses tendances dépressives faisaient craindre à sa femme qu'il saisisse une arme pour mettre fin à ses jours.

Il n'a pas eu besoin de le faire. Des tueurs l'ont abattu mardi après-midi, lui et un autre homme, devant son entreprise de distribution d'aliments John & Dino. Sa mort marque un tournant décisif dans l'histoire de la mafia montréalaise. Cuntrera était l'un des principaux membres du clan sicilien qui, il y a plus de 30 ans, avait renversé la faction calabraise et qui, depuis, dominait la pègre canadienne.

Sa mort survient six mois après l'assassinat de Nicolò Rizzuto junior, fils de Vito Rizzuto, chef du clan sicilien qui a été arrêté en 2004, extradé aux États-Unis et condamné pour le meurtre de trois capitaines de la famille Bonanno de New York. Il survient aussi un mois après l'enlèvement de Paolo Renda, consigliere des Rizzuto.

Il n'y a aucun doute que le clan sicilien subit de lourdes attaques. Il n'est pas impossible que la faction calabraise tente de reprendre le pouvoir qu'elle a perdu il y a 30 ans, bien qu'il ne s'agisse là que d'une hypothèse parmi d'autres.

Cuntrera est né en 1944 à Siculiana, un village de la province d'Agrigente en Sicile et berceau de la puissante famille Cuntrera-Caruana, qui a longtemps été considérée comme l'une des plus importantes familles mafieuses. C'était, en tout cas, l'une des plus riches, grâce à son expertise dans le blanchiment d'argent et dans l'investissement des narcodollars dans l'économie légale. Elle a longtemps travaillé en étroite collaboration avec la famille Rizzuto, originaire de Cattolica Eraclea, un autre village de la province d'Agritente.

Agostino Cuntrera a émigré au Canada en 1965 et s'est établi à Montréal, comme plusieurs de ses cousins. À l'époque, la mafia montréalaise était dirigée par le Calabrais Vic Cotroni. Se faisant vieux, Cotroni avait légué une partie de son pouvoir à son lieutenant Paolo Violi, lui aussi d'origine calabraise. Violi se plaignait régulièrement que Nick Rizzuto, père de Vito, et les Siciliens n'en faisaient qu'à leur tête, ne l'écoutaient pas, et lui manquaient de respect.

Le 22 février 1978, Violi a été abattu à l'arrière de son ancien bar-crèmerie de la rue Jean-Talon, à Saint-Léonard. Agostino Cuntrera et deux autres hommes ont été reconnus coupables de complot pour meurtre. Cuntrera a été condamné à cinq ans de prison. Deux frères de Violi ont aussi été assassinés. Les Siciliens ont pris le pouvoir, avec à leur tête Nick Rizzuto et son fils Vito.

Cuntrera avait seulement 2 ans de plus que Vito Rizzuto. Après qu'il eut été libéré de prison, les policiers les ont souvent vus ensemble, notamment au match de boxe entre Mario Cusson et Dave Hilton au Forum de Montréal, dans des mariages et des funérailles.

Cuntrera a lancé des entreprises, notamment les Distributions John & Dino et une société à numéro, qui gérait un restaurant Mikes Submarine, boulevard Pie-IX. En 1990 et 1991, les policiers de Montréal enquêtaient sur des incendies criminels et un attentat à la bombe dans un nouveau restaurant Pizza Hut, situé tout près, rue Jean-Talon. Soupçonnant que Cuntrera essayait d'éliminer la concurrence, ils ont fait une perquisition dans son restaurant Mikes Submarine pour obtenir ses bilans financiers. La femme de Cuntrera les a informés qu'ils se trouvaient au bureau de leur comptable, le député libéral fédéral Alfonso Gagliano.

Lorsque le Parti libéral a été élu en 1993, le premier ministre Jean Chrétien a voulu nommer M. Gagliano dans son cabinet. Mais la GRC a informé ses adjoints que le député avait de curieuses relations. M. Gagliano a dû se contenter pendant quelque temps du poste de whip en chef du gouvernement. Le député, également né à Siculiana, et le caïd s'étaient aussi connus dans l'Association de Siculiana de Montréal, une organisation fondée par M. Gagliano dont Cuntrera a été l'un des présidents.

Cuntrera n'a pas été accusé en rapport avec les incendies criminels du Pizza Hut. Il a continué à vaquer à ses affaires. En avril 1995, des enquêteurs de la GRC ont constaté sa présence à Toronto au mariage de la fille d'Alfonso Caruana, chef du clan Cuntrera-Caruana. Il était en compagnie de Vito Rizzuto et de plusieurs de ses acolytes.

En juin 1995, il était l'un des invités au mariage du fils aîné de Vito, Nicolò Rizzuto, avec la fille d'un autre homme influent du clan sicilien, Emmanuele Ragusa. La cérémonie a été célébrée en grandes pompes à l'hôtel Sheraton Centre de Montréal. Il a aussi assisté au mariage de la deuxième fille de Ragusa, en juillet 2002, à la basilique de Montréal.

En septembre 2006, il a participé aux funérailles de Domenico Macri à l'église Marie-Auxiliatrice, dans le quartier de Rivière-des-Prairies. Macri, proche ami de dirigeants du clan Rizzuto, venait d'être assassiné non loin de cette église par des tueurs roulant à moto. Sa mort, inattendue, a semé l'émoi dans le clan. Plusieurs caïds se sont procuré des véhicules blindés munis de vitres capables d'arrêter les balles d'un AK-47, de planchers pouvant résister à des explosions et de roues comportant des doublures leur permettant de rouler avec des pneus crevés.

Le nom d'Agostino Cuntrera a été évoqué comme l'un des successeurs possibles de Vito Rizzuto, mais l'homme manquait de charisme et ne faisait pas consensus. Le père de Vito, Nick, est octogénaire et a fait savoir qu'il n'avait ni la force ni le désir d'être actif. La disparition de Paolo Renda et, maintenant, de Cuntrera, crée des trous béants dans une famille déjà aux abois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer