Source ID:c4ccf8cb96f43067800f1b807fbb8bfd; App Source:StoryBuilder

Un endroit insolite pour les amoureux des oeufs à Shanghai

«La maison de l'oeuf» se veut pour ses... (PHOTO JOHANNES EISELE, AFP)

Agrandir

«La maison de l'oeuf» se veut pour ses organisateurs un lieu de «partage de l'amour universel pour les oeufs et une façon d'échapper momentanément» à la mégapole de 24 millions d'habitants.

PHOTO JOHANNES EISELE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SHANGHAI

«La maison de l'oeuf» à Shanghai tient d'une sorte d'Alice au pays des merveilles où règnerait de façon improbable la passion de cet aliment mais aussi des égoportraits.

Deux petites filles vêtues de robes roses et blanches sautent avec énergie sur un trampoline en forme de poêle à frire, tout en prenant des photos à l'aide d'un appareil instantané.

Dans une autre salle, un néon prévient une demi-douzaine de personnes qui s'agitent et prennent des clichés dans ce qui est censé représenter un immense bol de caviar que «le dernier oeuf est pourri».

«La maison de l'oeuf» se veut pour ses organisateurs un lieu de «partage de l'amour universel pour les oeufs et une façon d'échapper momentanément» à la mégapole de 24 millions d'habitants.

Située au troisième étage d'un centre commercial de la ville, «La maison de l'oeuf» est l'oeuvre du créateur chinois Xu Biubiu et la deuxième installation de ce type, après celle de New York. Une troisième est prévue en novembre à Los Angeles.

Il en coûte 198 yuans, soit 38 $ CAN, à deux adultes pour entrer.

Et les visiteurs s'adonnent avec frénésie à l'intérieur à la photo et aux égoportraits.

Aima Li s'extrait, penaude, du bol de caviar. «Je suis un peu vieille pour cela», confie cette femme de 29 ans, en jetant un regard sur les jeunes autour d'elles, plus proches de l'âge de l'école secondaire.

Aima Li, qui partage son temps entre Shanghai et Tokyo, ne va pas manquer pour autant de publier les clichés qu'elle vient de prendre avec son amie sur les réseaux sociaux.

«Je suis restée une petite fille. J'aime les décorations ici», reconnaît Ling Jiamo, tout en posant devant l'objectif de son copain.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer