Haro sur la célébration du poisson-chat

Un partisan des Predators de Nashville se demande... (Photo Mark Humphrey, AP)

Agrandir

Un partisan des Predators de Nashville se demande si le poisson-chat est devenu une arme criminelle.

Photo Mark Humphrey, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

L'entraîneur des Predators de Nashville, Peter Laviolette, a demandé lundi aux partisans d'arrêter une forme particulière d'encouragements: l'envoi de poissons-chats sur la glace lors de la finale de la coupe Stanley.

«Être un partisan de Nashville, c'est être bon joueur et cela signifie ne pas envoyer des choses sur la glace qui mettent en danger les joueurs et les arbitres», a-t-il expliqué dans une vidéo avant le quatrième match de la finale, lundi.

Lors du troisième match disputé samedi dernier, pas moins de cinq poissons-chats morts ont été lancés sur la glace.

«Aidez-nous à conserver notre avantage à domicile et à éviter d'être pénalisé pour des raisons évitables, ne jetez rien sur la glace et merci de votre soutien», a-t-il poursuivi. 

Le premier affrontement de la finale, disputé à Pittsburgh, a été longuement interrompu par le lancer d'un poisson-chat. Son auteur a été interpelé par la police locale et inculpé de trouble à l'ordre public et possession d'armes.

Ce supporteur de Nashville, Jacob Waddell, a expliqué à une radio américaine avoir réussi à faire rentrer le poisson-chat dans la patinoire en le cachant dans ses sous-vêtements en l'aspergeant d'eau de Cologne pour dissimuler son odeur.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer