Tsar, un bébé ligre, roi d'un zoo de Russie

Né le 11 novembre, Tsar est nourri avec... (Photo Yuri MALTSEV, Agence France-Presse)

Agrandir

Né le 11 novembre, Tsar est nourri avec du lait de chèvre et en boit environ 1 litre par jour.

Photo Yuri MALTSEV, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maria PANINA
Agence France-Presse
ROSTOV-SUR-LE-DON

Il a tout d'un roi et son prénom même renvoie à l'époque impériale russe: Tsar, un bébé ligre né d'une passion extrêmement rare entre une tigresse et un lion, fait un tabac dans un zoo itinérant dans le sud de la Russie.

Allongé sur un canapé dans le fourgon du directeur du zoo, ce petit animal au poil beige propre aux lions mais couvert de rayures de tigre attend avec impatience son biberon de lait.

«Nous ne le laissons pas dans une cage, il fait trop froid à l'extérieur. On le garde ici, avec nous, il dort même dans notre lit», raconte le directeur, Erik Aïrapetian.

Né le 11 novembre lors d'une tournée du zoo dans la région de Rostov-sur-le-Don, Tsar est nourri avec du lait de chèvre et en boit environ 1 litre par jour.

Sa mère, Princesse, l'unique tigresse du zoo, a mal supporté l'accouchement et ne peut pas allaiter. Elle a donné naissance à trois ligres, mais seul Tsar a survécu, selon M. Aïrapetian.

«Des hybrides comme ça sont extrêmement rares, et généralement, ils sont plus faibles que des lionceaux ou de jeunes tigres ordinaires», alors que leurs mâles sont «stériles», explique à Dmitri Milosserdov, chercheur au Musée Darwin de Moscou.

«Mais si on prend bien soin d'eux, ils peuvent grandir et vivre longtemps», précise-t-il.

L'administration du zoo en est bien consciente: Tsar obtient toujours du lait quand il a faim, dort 16 heures par jour et joue autant qu'il veut.

«Nous nous occupons tous de lui, nous sommes très fiers d'avoir ce petit trésor. Il est unique, notre lion à rayures!», s'enthousiasme M. Aïrapetian.

La tigresse n'a pas pour l'heure accès à son bébé, tout comme son père, le lion César.

Le ligre, qui pèse à ses deux mois et demi et quelque 5 kilos, est «encore trop petit et fragile» pour faire connaissance avec ses parents, insiste M. Aïrapetian.

Amour improbable

Princesse et César occupaient depuis des années des cages voisines et étaient «habitués l'un à l'autre», explique le directeur du zoo.

Lorsque le temps du rut est venu pour la tigresse, l'administration a fait face à un dilemme: proposer César comme fiancé, faute de tigre, ou se confronter à la colère tellement redoutée de Princesse.

«Nous avons alors osé entrouvrir la cloison entre les deux cages, puis en voyant que tout se passait bien, nous avons pris le risque de les laisser en tête-à-tête», dit M. Aïrapetian.

Quand il est devenu clair que la tigresse était enceinte, «nous étions tellement heureux!», se souvient-il.

«C'est si rare, un ligre! Il n'y en a actuellement qu'une vingtaine dans le monde!»

Les ligres tout comme les tigrons -bébés d'une lionne et d'un tigre -ne peuvent naître qu'en captivité, rappelle M. Milosserdov.

Pour l'heure, la taille de Tsar ne dépasse pas celle d'un grand chat et «il dort souvent dans mes bras», raconte M. Aïrapetian. «Mais quand notre petit roi aura grandi, il sera sûrement plus lourd que ses parents», assure-t-il.

Les ligres peuvent en effet peser plus de 400 kilos, alors que le poids maximal d'un tigre est d'environ 300 kilos et celui d'un lion est de 250 kilos.

Aux États-Unis, le ligre Hercules, qui pèse 418 kilos et mesure 3.33 mètres, est officiellement inscrit dans le Livre Guinness des records comme le félin le plus grand au monde.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer