Des toilettes publiques en or au musée Guggenheim

L'installation, intitulée America, comprend siège, cuvette et chasse d'eau... (PHOTO FOURNIE PAR LE MUSÉE GUGGENHEIM)

Agrandir

L'installation, intitulée America, comprend siège, cuvette et chasse d'eau opérationnels.

PHOTO FOURNIE PAR LE MUSÉE GUGGENHEIM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les visiteurs du musée Guggenheim de New York pourront bientôt se soulager dans des toilettes en or massif, découvrant du même coup la nouvelle oeuvre de l'artiste italien Maurizio Cattelan.

L'installation, intitulée America, comprend siège, cuvette et chasse d'eau opérationnels. Elle pourra être utilisée dès vendredi comme des toilettes unisexes ordinaires par les visiteurs du musée, a expliqué à l'AFP Katherine Brinson, conservatrice pour l'art contemporain.

L'utilisation du lieu est destinée à être «privée» et «individuelle», a-t-elle souligné.

Un vigile sera cependant posté à l'extérieur, a précisé le musée, qui s'est refusé à préciser le prix de l'or utilisé pour cette oeuvre.

Le kilo d'or vaut actuellement environ 38 000 euros, selon la dernière cotation du marché londonien jeudi.

L'installation, qui sera accessible pour une durée indéfinie, marque le retour de Maurizio Cattelan sur la scène artistique.

Après l'exposition All (2011-2012), lors de laquelle l'artiste italien avait suspendu la plupart de ses oeuvres dans l'atrium du Guggenheim, il avait en effet annoncé son retrait du monde de l'art.

L'artiste italien est connu pour ses oeuvres très visuelles, parfois polémiques. Il a notamment réalisé une statue en cire du pape Jean-Paul II écrasé par une météorite, intitulée La Nona Ora (la neuvième heure).

L'une de ses oeuvres, une statue en cire et résine représentant Hitler avec le corps d'un enfant, agenouillé et les mains jointes, a été adjugée 17,2 millions de dollars lors d'une vente chez Christie's à New York, début mai.

Il s'agissait d'un record pour l'artiste, qui fêtera ses 56 ans le 21 septembre.

Interrogée sur les réactions que pourrait susciter l'installation, Katherine Brinson a estimé que «l'on ne (pouvait pas) donner un sens ou une interprétation uniques» à l'oeuvre.

«On peut y voir une critique mais aussi une vision idéaliste», a-t-elle expliqué.

«Après tout, c'est une oeuvre qui évoque le fait d'offrir un accès et une opportunité à un public très large, même si c'est un objet très luxueux», a-t-elle ajouté.

En l'absence d'exposition temporaire majeure dans l'atrium, le prix d'accès au musée a été abaissé de 25 à 15 dollars, jusqu'au 5 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer