On a (presque) trouvé le monstre du Loch Ness!

Un robot sous-marin surnommé « Munin », équipé d'un système... (Photo Russell Cheyne, archives Reuters)

Agrandir

Un robot sous-marin surnommé « Munin », équipé d'un système d'imagerie sonar, a permis de ramener sur terre des images inédites d'endroits encore inexplorés du fameux Loch.

Photo Russell Cheyne, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Une forme familière avec son long cou caractéristique git à 180 m de profondeur au fond du Loch Ness. Le monstre, enfin? Non, seulement sa maquette utilisée pour un film, a révélé mercredi une nouvelle expédition scientifique.

« L'opération "Groundtruth" a découvert une créature bien connue. Même si elle a la forme de Nessie, il ne s'agit cependant pas des restes du monstre qui mystifie le monde depuis 80 ans, mais d'une vedette du grand écran », a déclaré un porte-parole légèrement déçu de l'Office de tourisme écossais, qui soutient cet nième projet lancé à la poursuite de l'introuvable monstre du Loch Ness.

Un robot sous-marin surnommé « Munin », équipé d'un système d'imagerie sonar, a permis de ramener sur terre des images inédites d'endroits encore inexplorés du fameux Loch.

L'une d'elles est sensationnelle puisqu'elle montre le monstre immédiatement reconnaissable, couché à la profondeur abyssale de 180 mètres.

Malheureusement, il ne s'agit donc que d'une maquette de cinéma de neuf mètres de long qui aurait coulé après le tournage du film « La vie privée de Sherlock Holmes » réalisé en 1970 par Billy Wilder qui avait d'ailleurs confié un rôle à l'actrice française Geneviève Page.

C'est une nouvelle douche froide administrée par « Munin » aux fidèles de « Nessie ». Il y a quelques jours seulement, le robot avait déjà balayé la thèse, apparue au début de l'année, de l'existence d'une fosse au nord du lac susceptible d'abriter la créature.

Le mystère reste donc toujours entier quant à l'existence de Nessie. En attendant, il continue à faire l'objet d'un gigantesque business qui apporte environ 60 millions de livres par an à l'économie écossaise.

Personne n'a jamais pu prouver avoir vu Nessie, une espèce de dragon sous-marin dont la légende remonte au XVIIe siècle.

Mais des « apparitions » sont évoquées régulièrement et les théories les plus farfelues continuent à circuler.

En 2006, un paléontologue écossais avait conclu, après deux ans de recherches, que Nessie était en fait un éléphant de cirque en train de nager.

D'autres sont persuadés qu'il s'agit d'une anguille géante ou, plus simplement, d'un vaisseau spatial au fond du lac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer