• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Insolite 
  • > Une fonctionnaire mutée pour s'éloigner de son collègue qui «jurait et pétait» 

Une fonctionnaire mutée pour s'éloigner de son collègue qui «jurait et pétait»

Une fonctionnaire fédérale a obtenu le droit de travailler à distance... de son... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Une fonctionnaire fédérale a obtenu le droit de travailler à distance... de son collègue bruyant et inconvenant, qui jurait, pétait et se lavait même les pieds avec du vinaigre, au bureau.

La Commission des relations de travail et de l'emploi dans la fonction publique a donné raison à Line Émond, une responsable de la qualité des données au bureau d'Ottawa de la Commission des libérations conditionnelles du Canada. Mme Émond avait porté plainte au tribunal quasi judiciaire de la fonction publique, plaidant que «Monsieur X» la rendait malade et que son employeur ne faisait rien pour l'aider.

«Monsieur X» s'est joint au bureau d'Ottawa à l'automne 2009; Mme Émond a été en congé de maladie puis d'invalidité de longue durée pendant plus d'un an et demi - d'août 2011 à mars 2013.

Des collègues de travail sont venus témoigner du comportement singulier de «Monsieur X», qui faisait des «bruits bizarres, comme des bâillements étranges», se promenait pieds nus au bureau, et se lavait les pieds avec du vinaigre devant ses collègues, «qui trouvaient ça dégoûtant».

L'avocat du gouvernement a plaidé qu'il s'agissait là d'un conflit de personnalités, pas d'une affaire de santé. Par contre, un médecin est venu témoigner que Mme Émond souffrait d'anxiété et se sentait menacée par son collègue.

Le tribunal quasi judiciaire a conclu qu'à l'évidence, le comportement abusif de «Monsieur X» avait eu un effet négatif et nuisible sur la plaignante, d'autant que l'homme en impose physiquement.

L'arbitre Linda Gobeil a conclu que Mme Émond devait être mutée dans un autre édifice et obtenir le remboursement du salaire et des avantages perdus pendant une partie de son congé d'invalidité de longue durée.

L'arbitre Gobeil trouve quand même inouï que l'employeur n'ait pas pu déjà trouver quelque part à Ottawa un bureau à cloisons où Mme Émond pourrait s'installer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer