Irak: le sermon anti-chocolat d'un cheikh laisse les internautes amers

Lors de la prière hebdomadaire de vendredi à... (PHOTO BLOOMBERG)

Agrandir

Lors de la prière hebdomadaire de vendredi à la mosquée de Bagdad, le cheikh Jalal Eddine al-Saghir s'en est pris à la gourmandise immodérée des Irakiens pour «Nestle», un terme générique pour les barres de chocolat prononcé «Nestelleh».

PHOTO BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bagdad

Les Irakiens se sont moqués sur les réseaux sociaux d'un religieux qui leur demandait dans un prêche de réduire leur consommation de barres chocolatées pour affronter la crise économique.

Lors de la prière hebdomadaire de vendredi à la mosquée de Bagdad, le cheikh Jalal Eddine al-Saghir s'en est pris à la gourmandise immodérée des Irakiens pour «Nestle», un terme générique pour les barres de chocolat prononcé «Nestelleh».

«Mes frères, les barres chocolatées ne sont pas nécessaires. Réduisez vos dépenses car vous pourriez être dans le besoin demain», a-t-il martelé.

Dans une vidéo de ce sermon, le religieux, qui a été député, suggère que les Irakiens pourraient économiser 70% de leur salaire s'ils faisaient plus d'efforts. Ces images ont fait le tour des réseaux sociaux, engendrant de nombreuses réactions allant de la colère à la dérision.

Nabil Jassem, un journaliste de renom et figure clé d'un mouvement de protestation qui avait émergé l'année dernière pour dénoncer la corruption et la faiblesse des services a posté un message vidéo.

«Non votre éminence, les bars de chocolat sont très nécessaires», a-t-il interpellé le cheikh.

«Nous n'avons pas mangé de barres chocolatées dans les années 1980, nous n'avons pas mangé de barres chocolatées dans les années 1990. Est-ce que nous sommes un peuple pauvre? Est-ce que notre Etat est un Etat pauvre?», s'est-il moqué.

L'Irak détient l'une des plus importantes réserves de pétrole au monde mais des années de corruption et de mauvaise gestion, combinées à la dégringolade des prix du brut, menacent de plonger le pays dans une situation d'insolvabilité.

Dans leurs commentaires sur les réseaux sociaux, les internautes pointent du doigt les millions alloués aux privilèges dont jouissent les hommes politiques irakiens, comme bénéficier de gardes du corps à vie pour les anciens députés.

Une barre de chocolat coûte environ 250 dinars (20 centimes de dollars) en Irak.

Un porte-parole du parti du Conseil islamique suprême irakien auquel appartient cheikh Saghir a lui aussi posté une vidéo en ligne.

«Quiconque s'attaque au cheikh Saghir va regretter un tel acte», a menacé Baligh Abou Gilal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer